19 avril : saint Léon IX

dans TradiNews

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : un descendant de Charlemagne, un parent de Hugues Capet, naquit le 21 juin 1002 en Alsace. Il s’appelait Brunon ; il était fils de Hugues, comte d’Egisheim, cousin germain de l’empereur Conrad le Salique, et d’Heilvige, héritière des comtes de Dagsbourg ou Dabo.


Dans sa jeunesse, il eut une maladie mortelle, dont il fut guéri subitement par saint Benoît, qui lui apparut. Le jeune prince, surnommé “le Bon”, à la cour de l’empereur Conrad, entra dans les ordres, et fut nommé évêque de Toul (1026). Il se distingua par sa science, sa piété, sa modestie, sa douceur, autant que par les avantages extérieurs dont la nature l’avait doué. Il aimait les pauvres, les assistait, les servait lui-même.

Quand la Lorraine fut envahie par Eudes, comte de Champagne, le saint évêque se multiplia pour relever les ruines, secourir les misères, et réparer les autres maux de la guerre. La France fut témoin de ses vertus lorsqu’il fut envoyé par l’empereur d’Allemagne vers le roi Robert, pour établir une solide paix entre les deux couronnes. Il faisait tous les ans un  pèlerinage à Rome, où il était quelquefois accompagné de cinq cents personnes.

Elu pape malgré lui à la diète de Worms ( 1048), il ne donna son consentement qu’à la condition que le peuple et le clergé de Romme ratifieraient cette élection. Quelques temps après, revêtu d’un habit de pèlerin, il partait à pied pour Rome. Il y fut reçu en triomphe, acclamé et intronisé sur la chaire apostolique le 12 février 1049. Il prit à son avènement le nom de Léon IX. Il assembla plusieurs conciles, réforma les moeurs et la discipline, et condamna les erreurs de Bérenger contre l’Eucharistie. Dans un voyage en France, il éleva à Reims le corps de saint Rémi, et fit la dédicace de l’église de l’abbaye du même nom. A Metz, il dédia celle de Saint-Arnould, et fit la même cérémonie en plusieurs autres endroits. De retour en Italie, il entreprit de repousser les Normands. Ses troupes furent défaites, et il demeura un an captif à Bénévent, respecté de ses vainqueurs. Comme il tomba malade, les Normands voulurent le transporter eux-mêmes, dans une litière, avec la plus grande vénération, jusqu’à Rome. Il mourut le 19 avril 1054.

Derniers articles TradiNews

5 mai : saint Pie V

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : Michel Ghislieri naquit à Bosco, petite

4 mai : sainte Monique

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : née en 332, à Tagaste, Monique
Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.