24 février : saint Matthias et le Bx Robert d’Arbrissel

dans TradiNews

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : Après l’ascension de Notre-Seigneur, l’un des soixante-douze disciples, fut élu apôtre, à la place du traître Judas.


Il évangélisa surtout la Judée, et s’avança jusqu’en Ethiopie. Les Juifs le persécutèrent pendant trente-trois ans, et enfin le lapidèrent en l’an 63. Son corps fut apporté à Rome par sainte Hélène. Une partie y est conservée dans la basilique de Sainte-Marie-Majeure ; une autre est vénérée à Trèves, dans l’église qui porte le nom du saint apôtre.

Robert, né en 1047, à Arbrissel, ou Arbressec, près de Rennes, de parents pauvres, fit de brillantes études, et obtint le titre de docteur dans la célèbre université de Paris. Vicaire général de Sylvestre de la Guerche, évêque de Rennes (1085), il alla, après la mort de ce prélat, enseigner la théologie à Angers (1089) ; puis fuyant les applaudissements (1091), il se retira dans la forêt de Craon. On découvrit sa retraite, et les disciples affluèrent pour jouir du charme de sa parole et partager son genre de vie ; pour toute nourriture, des légumes ou des racines cuites à l’eau, jamais de vin ; la terre nue pour lit, la prière et la contemplation perpétuelles. Ainsi fut fondé le monastère de la Roë, sous la règle de saint Augustin.

Le 10 février 1096, Urbain II fit la dédicace de l’église de Saint-Nicolas à Angers. Cette cérémonie attira une grande affluence. Robert prêcha la croisade à cette foule, qu’il transporta d’enthousiasme. Par ordre du pape, ce nouveau Pierre l4ermite parcourut les provinces de l’Ouest, les Flandres, les bords du Rhin, partout suivi d’une multitude innombrable. Il enflammait ses auditeurs non seulement du désir des lieux saints, mais encore de la Jérusalem céleste. Il réunit des centaines de personnes dans le désert de Fontevrault, fontaine d’Ebrald, don de la comtesse Aremberga, vers l’an 110. La lande inculte devint bientôt fertile, défrichée et cultivée par tant de mains. Deux vastes monastères s’élevèrent à un mille de distance, l’un de religieux, l’autre de religieuses, tous deux placés sous le gouvernement suprême de l’abbesse de Fontevrault, qui administrait également toutes les maisons de l’ordre, approuvé par Pascal II. Ce saint et éloquent prédicateur mourut à Orsan, dans le Berry, le 25 février 1117.