27 février : saint Léandre, archevêque de Séville

dans TradiNews

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : Né dans l’Andalousie, où les vandales n’avaient heureusement laissé que leur nom, Léandre était fils d’un duc de race probablement gréco-romaine. Il avait deux frères et trois soeurs, dont l’une, Théodosie, épousa le roi des Wisigoths, Léovigilde.


Il embrassa de bonne heure la vie monastique ; il y puisa la science et les vertus grâce auxquelles il devait exercer une influence prépondérante sur l’avenir de son pays. En 579, il fut promu à l’archevêché de Séville par les suffrages unanimes du clergé et du peuple.

L’Espagne était alors en grande partie sous la domination des Wisigoths, qui y avait implanté l’arianisme. Léandre entreprit de délivrer sa patrie de l’erreur : il établit une école épiscopale, qui devint bientôt célèbre. On remarquait parmi les élèves les deux fils du roi, Herménégilde et Reccarède, dont l’éducation avait été confiée à Léandre, leur oncle. Son beau-frère, le roi Léovigilde, fit tous ses efforts, employa tous les moyens, même la persécution la plus violente pour maintenir l’arianisme. Père dénaturé, il fit mettre à mort son propre fils, Herménégilde, converti par Léandre ; ce dernier fut exilé. Léovigilde, au lit de mort, se repentit et recommanda à Léandre son fils et successeur Reccarède.

Le nouveau roi rentra publiquement dans le sein de l’Eglise et travailla avec son oncle saint Léandre, à la conversion de son peuple. Le clergé arien abjura dans le concile de Tolède, que présidait saint Léandre en qualité de légat du Pape. C’est ainsi que l’illustre évêque mérita le titre d’apôtre de la nation gothique. Pour mieux assurer l’unité et la pureté de la foi en Espagne, il réforma la liturgie altérée par l’arianisme.

Dans un voyage à Constantinople, il s’était lié d’une étroite amitié avec saint Grégoire le Grand. La correspondance de ces deux saints est empreinte d’un parfum de tendresse délicieuse.

Le Pape envoya à son ami  le pallium, et lui fit, dit-on, présent de l’image de la très Sainte Vierge, attribuée à saint Luc et si profondément vénérée des pèlerins à Guadalupe.

Saint Léandre, vers la fin de sa vie, fut affligé de diverses infirmités, supportées avec une résignation héroïque.

Il succomba le 27 février 596.