29 avril : saint Robert

dans TradiNews

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : Robert naquit en champagne, à Troyes ou dans les environs, l’an 1017. Quelques auteurs pensent qu’il était issu des comtes de Brienne de Tonnerre et de Bar-sur-Seine.


Ses parents étaient pieux et charitables. “Economes de la Providence, ils rachetaient par d’abondantes aumônes les fautes de fragilité qui s’attachent aux âmes les plus justes, comme la poussière aux pieds du voyageur.” Avant la naissance de Robert, sa mère vit en songe la sainte Vierge qui lui tendait une bague d’or en disant : “Je veux pour fiancé le fils à qui tu vas donner le jour ; voici l’anneau du contrat.” A la naissance du fiancé de Marie, sa famille le reçut avec une joie mêlée de respect, et l’éleva en vue de sa sainte vocation. A quinze ans, il offrit au seigneur “la fleur bénie de sa jeunesse”, en entrant chez les Bénédictins de Moutier-la-Celle, près de Troyes. Il y fut le modèle des novices et l’émule des plus saints religieux. “il affligeait sa chair innocente par des jeûnes prolongés, et il ne cessait ni jour ni nuit ses entretiens avec Dieu.”

Encore jeune, il gouverna successivement les ministères de Moutier-sur-Celle, de Saint-Michel (de Tonnerre), de Saint-Ayoul ou Aigulphe (de Provins). Ensuite, sur ordre du pape, il fonda l’abbaye de Molesmes, aujourd’hui ville de la Côte d’Or, à 17 kilomètres de Châtillon-sur-Seine. Mais ses religieux se contentèrent des sévérités de la règle ordinaire, et ne voulurent pas se plier à la réforme de Robert, qui se proposait de rétablir l’étroite observance. Il accomplit ce dessein à Citeaux. C’était alors une forêt sauvage “sise au milieu des eaux”, dans le diocèse de Châlons-sur-Saône, au baillage de Nuits. Le propriétaire, Raynaud, vicomte de Beaune, en détacha une langue inculte et marécageuse, où croissaient les glaïeuls et les joncs, et l’accorda à Robert, qui l’accepta au nom de la très sainte Vierge Marie. Citeaux, succédant à Molesmes, devint le berceau “d’une famille aussi nombreuse que les étoiles du firmament”.

Cependant les religieux de Molesmes, inconsolables d’avoir perdu leur père, s’adressèrent au Pape, qui le força de retourner dans son ancienne maison. Le saint obéit, et eut la consolation d’introduire la réforme à Molesmes. Saint Robert passa de l’exil dans la céleste patrie, l’an 1110. Il fut canonisé par Innocent IV, en 1243. On vénère ses reliques dans l’église de Molesmes.

Derniers articles TradiNews

5 mai : saint Pie V

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : Michel Ghislieri naquit à Bosco, petite

4 mai : sainte Monique

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : née en 332, à Tagaste, Monique
Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.