6 avril : saint Célestin 1er

dans TradiNews

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : né en Campanie, Célestin, fils de Priscus l’Ancien et très proche parent de l’empereur Valentinien, fut élu successeur de saint Boniface, le 13 septembre 422.


Dès la première année de son pontificat, saint Augustin lui écrivait : “Ce ne sera pas spécialement par ses prières que Votre sainteté viendra en aide aux églises d’Afrique ; nous comptons sur son autorité et son secours efficace.” En effet, Célestin termina plusieurs affaires des Eglises d’Afrique, pour lesquelles on avait, selon l’usage et le droit, appelé de la sentence des évêques, des métropolitains et des conciles, au tribunal suprême du Saint-Siège.

Ce saint pape voulait que les évêques et les prêtres s’appliquassent à connaître les lois de l’Eglise et à en assurer l’exécution. Dans une lettre aux évêques d’Apulée et de Calabre, il s’exprime ainsi : “Aucun prêtre ne doit ignorer les canons ni transgresser les règles posées par nos pères. Que deviendrait le dépôt sacré des traditions, s’il était possible à chacun de substituer ses fantaisies et son caprice aux institutions solennellement établies?”

Le troisième concile oecuménique, qu’il fit célébrer à Ephèse, l’an 431, condamna l’hérésie de Nestorius. Célestin écrivit aux évêques des Gaules, le 28 août 431 ; il leur rappelle que la doctrine de saint Augustin sur la grâce est celle de la Tradition et du Siège apostolique, et il simplifie ainsi la question : “Il suffit de savoir et de croire que l’enseignement traditionnel des apôtres attribue à la grâce de Jésus-Christ aussi bien le commencement que la fin de nos oeuvres. Nul catholique ne peut s’écarter de cette règle.”

Il envoya saint Germain d’Auxerre et saint Loup de Troyes dans la Grande-Bretagne, pour la préserver des erreurs du pélagianisme. Il avait confié à saint Pallade la mission d’évangéliser plusieurs parties des îles britanniques, où régnait encore l’idolâtrie. Presque à la veille de mourir, il institua saint Patrice évêque d’Irlande, et fit peindre sur les murs de l’église de Sainte-Priscille une fresque représentant la séance du concile d’Ephèse où le dogme de la maternité divine avait été solennellement proclamé. Il mourut le 6 avril 432.

Derniers articles TradiNews

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.