A qui profite la pandémie du Covid-19 ?

dans Tour d'horizon

Nul ne peut encore prédire l’ampleur de la secousse économique que ne manquera pas de provoquer la situation de confinement strict des populations imposée au nom de la prévention et pour tenter d’endiguer la pandémie du Covid-19. des millions de salariés, commerçants et indépendants sommés de demeurer chez eux du jour au lendemain. Commerces fermés, usines et ateliers à l’arrêt, la facture promet d’être lourde, à l’évidence de plusieurs de dizaines de milliards d’euros qu’il faudra bien un jour et d’une manière ou l’autre assumer.


Rédaction NSP
Arnaud Raffard de Brienne

Déjà plus de 230 000 entreprises ont déposé une demande de chômage partiel destiné à indemniser en partie les salariés privés d’activité et assignés à résidence. Sur le pied de guerre, les professionnels du reclassement et de l’outplacement s’attendent et se préparent à une déferlante de défaillances d’entreprises – de 10 à 20% selon certaines estimations circulant sous le manteau – et, conséquence inévitable, de plans sociaux sans doute lancés dans les mois à venir. Des dizaines de milliers d’emplois sont aujourd’hui menacés par la situation totalement inédite d’une économie à l’arrêt sinon au ralenti.
Quelques secteurs d’activité tirent honorablement leur épingle du jeu, tels les entreprises de vente à distance, liées ou non aux loisirs (livres, musique), les logisticiens, un certain nombre de sociétés de transport et de messagerie, des entreprises de livraison de repas à domicile et autres services aux particuliers mais c’est sans doute outre-Atlantique qu’il faut chercher les plus chanceux des grands gagnants de l’épreuve imposée à la population. Quelques géants américains du numérique tels Netflix, Amazon, Microsoft, Facebook, Skype, Activision Blizzard, le plus important éditeur mondial de jeux vidéo, traversent, eux, une période particulièrement faste, pour le plus grand bonheur d’une poignée de milliardaires de la côte ouest. Sans parler des concepteurs de solutions de travail à distance tels Zoom, par exemple, dont les téléchargements se sont envolés de 1 270% entre le 22 février et le 22 mars.

Paupérisation et économie collaborative

Le malheur des uns favorisant le bonheur des autres, la difficile période de confinement de la population profite donc essentiellement aux concepteurs et marchands de solutions et matériels informatiques dans lesquels nos concitoyens engloutissent d’année en année une part toujours croissante de leurs ressources.
Les plateformes numériques de vente entre particuliers ou professionnels et de mise en relation participent de l’économie dite collaborative, celle qui vient ébranler les économies traditionnelles. Les enfants du mariage, réussi semble-t-il, de la technologie et de la paupérisation de notre peuple se nomment colocation, co-achat, marché de l’occasion, vente et revente entre particuliers, comparateurs de prix, toutes pratiques aujourd’hui facilitées par de performantes interfaces digitales aux ergonomies de plus en plus simplifiées et même ludiques. Confinées bien au-delà de la situation de crise actuelle, nos vies semblent devoir s’égrener derrière des écrans, pour le plus grand profit de quelques groupes multinationaux tentaculaires dont l’emprise sur l’économie et les esprits dépasse l’entendement.

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.