Après le mariage pour tous, le vaccin pour tous ?

dans Réflexions & Histoire

Comme un virus peut en cacher un autre, par exemple le virus du contrôle généralisé, on s’aperçoit que l’épidémie du Covid-19 a aussi contaminé les esprits et supprimé toute forme de jugement sain.


Peter Kierstens

La plupart des gouvernements européens, sous la contrainte des eurocrates de Bruxelles, nous ont imposé des couvre-feux, des astreintes à domicile et des interdictions diverses depuis 18 mois, sans consultation des assemblées élues ni des citoyens. Par contre, jour après jour, nous avons été matraqués par des informations plus pessimistes les unes que les autres, installant de cette manière un climat d’anxiété et de peur parmi la population.

Protéger les vieux, les obèses, les diabétiques ou les cardiaques ?

Incapables de stopper cette épidémie, d’abord par manque de masques et de tests de dépistage, puis par l’encombrement des services de réanimation et enfin par une gestion calamiteuse de la campagne de vaccination, les princes qui nous gouvernent nous avaient répété plusieurs fois que les vaccins ne seraient pas obligatoires.

En occident, et en Europe en particulier, très peu de virologues ou d’épidémiologistes ont eu la possibilité de nous démontrer que ce SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère), en provenance de Chine, suivait une longue liste d’épidémies respiratoires et n’était pas plus mortel que les précédents si l’on suivait 3 règles de bon sens, appliquées ailleurs dans le monde :

  1. Port d’un masque en milieu fermé et non aéré.
  2. Dépistage des individus contaminés
  3. Isolement en quarantaine des malades.

C’est pourtant ce qui avait été appliqué par la France lors du rapatriement de 225 citoyens résidants à Wuhan en janvier 2020 qui avaient été mis en quarantaine dans un village de vacances dans le sud du pays et isolés du reste de la population. Résultat = pas de propagation ni d’hospitalisation ! Alors pourquoi cette mesure contraignante n’a-t-elle pas été imposée aux centaines de milliers d’autres malades depuis ? Par manque de volonté et de courage politique !

C’est aussi ce qui est imposé pour toutes les maladies contagieuses (tuberculose, hépatites, choléra, ou autres) partout dans le monde. D’autant plus que les hôtels étant fermés par arrêtés ministériels successifs, il était donc possible de les réquisitionner pour recevoir les dizaines de milliers de malades durant 10 jours en isolement total dans leurs chambres.

Apartheid, discrimination et séparation.

On en arrive après de longs mois de tergiversation à brûler un cierge et à invoquer la Pachamama pour que le Covid cesse de nous emmerder et de mettre notre économie à genoux.

De nombreux secteurs de l’activité économique en Europe sont proches de l’asphyxie et des dizaines de milliers d’entreprises vont devoir mettre la clef sous la porte à cause des décisions imbéciles de ministres incompétents et arrogants.

Et le pire est en train de se mettre en place : le passeport sanitaire.

En plus du carnet de vaccination, du passeport de voyage et du carnet jaune international, ce « passeport sanitaire » imaginé par les bureaucrates de Bruxelles identifiera les individus vaccinés et leur permettra certains privilèges. N’oublions pas que « la vaccination n’est pas obligatoire », selon les déclarations gouvernementales.

C’est la énième mesure de séparation entre les citoyens, qui empêcherait la propagation et l’extinction de l’épidémie. Ainsi, les avions, les night clubs, les stades, les musées, les salles de concerts, les cinémas, les casinos, les restaurants et autres lieux de rassemblements ne seront plus accessibles à ceux qui ne seraient pas vaccinés ! Plus de rave parties ou de fêtes sauvages pour les récalcitrants…

Cette discrimination pourrait également être étendue aux métros, trams, bus, agences bancaires, bureaux de la Poste, les agences pour l’emploi, les gares, les salles de shoot, les homes ou les restos du cœur, si l’on veut rester dans la logique et l’esprit de ce nouvel apartheid qui interdirait la mixité entre vaccinés et pestiférés !

Derniers articles Réflexions & Histoire

Notre nationalisme

Précisons le sens du terme « nationalisme ». Comme beaucoup de définitions que nous
Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Par chèque.
Les Amis de Nous Sommes Partout
42 rue Jean-Jaurès
62100 Calais

Nous comptons sur vous.