Du “peuple déicide” aux “frères aînés dans la foi”*

dans TradiNews

Le Conseil permanent de la conférence des évêques de France signe une déclaration sur la lutte contre l’antisémitisme, déclaration remise le 1er février au grand Rabbin Haïm Korsia et au président du CRIF François Kalifat.


Dans un communiqué du 28 février, la conférence des évêques de France a annoncé qu’elle recevrait pour la première fois le grand rabbin de France Haïm Korsia et le président du CRIF François Kalifat pour leur remettre une déclaration solennelle intitulée “Lutter contre l’antisémisisme et l’antijudaïsme sera la pierre de touche de toute fraternité réelle”. Les fins connaisseurs apprécieront l’aspect maçonnique de l’intitulé ; entre  la pierre de touche et la fraternité se glissent toujours les Loges.

La déclaration sera signée par Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié, ancien calviniste converti, président du conseil pour l’unité des chrétiens – comprendre l’oecuménisme forcené de Vatican II – et Mgr Thibaut Verny membre du même conseil, tous deux affidés de la ligue la plus progressiste de Vatican II.

Jules Isaac, membre du B’naï B’rith, grand contributeur de la réforme conciliaire auprès de Paul VI, avait toujours refusé ce qu’il appelait “l’enseignement du mépris” et bataillé pour faire ôter la mention “déicide” des textes liturgiques catholiques. En effet, rappelons quelques textes des Ecritures : Première épître aux Thessaloniciens  (1 TH 2: 14-16)“Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes ». Dans les Actes des Apôtres (Ac 5-28), les juifs s’expriment ainsi en parlant de Notre Seigneur Jésus-Christ : « Ne vous avons-nous pas défendu expressément d’enseigner en ce nom-là ? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme ! » ou (Matthieu 23-3) “Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l’homme sera livré pour être crucifié. Alors les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple se réunirent dans la cour du souverain sacrificateur, appelé Caïphe ; et ils délibérèrent sur les moyens d’arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir.”

Le cardinal Aaron Lustiger, juif converti, pensait que « Pour les chrétiens, la jalousie à l’égard d’Israël a très vite pris la forme de la revendication d’héritage. Éliminer l’autre si proche et pourtant si différent ! ” En quoi les chrétiens peuvent-ils bien “jalouser” les juifs? Mystère… Jean-Paul II avait qualifié lors de son discours à la synagogue de Rome les juifs de “frères aînés” et ses successeurs n’ont eu de cesse de déplorer le refus de certains de voir le lien entre le judaïsme et le christianisme. Et si ce lien avait été définitivement rompu lorsque le peuple élu de Dieu refusa de reconnaître son fils?

Source : La Croix

Derniers articles TradiNews

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.