Eternel Giorgio Almirante

dans Réflexions & Histoire

Giorgio Almirante fait partie des hommes qui ne traversent pas le temps en costume d’anonyme , bien au contraire. Ce fidèle au Fascisme qu’il a servi en écrits comme en combats fait partie des hommes qui marquent de leur emprunte l’histoire d’une nation . Giorgio Almitante est de la race des seigneurs , de la race des courageux, des héros même s’il  refuse ces titres .


Rédaction NSP
JULIUS CAIUS

D’abord journaliste, Almirante écrit des critiques cinématographiques pour  la revue Il Tevere de Telesio Interlandi , dont les colonnes étaient chargées de faire connaître les activités de la jeunesse fasciste  dans les années 30. Il est aussi membre des groupes universitaires fascistes mussoliniens, fêtant au passage le dixième anniversaire de l’arrivée au pouvoir du DUCE et il collaborera à Il Tevere jusqu’en 1943 avant d’en devenir le rédacteur en chef . Secrétaire de rédaction jusqu’en 1942 de la revue La Difesa della Razza et correspondant de guerre notamment en Afrique du Nord à la suite de la division des chemises noires, il sera décoré de la croix de guerre pour vaillance militaire .
Il naît en 1914 dans la région de Parme en Emilie-Romagne tout comme il DUCE et comme mon père – décidément c’est une terre fertile pour les héros – et il consacrera toute sa vie aux idéaux fascistes,  œuvrant sans cesse pour la grandeur de son pays, honorant à travers ses écrits et discours tout ce que fut ou furent les piliers essentiels d’une civilisation fasciste et mussolinienne, qu’ils soient hommes ou actes. Ces hommes là ne s’arrêtaient jamais , ils sautaient d’un combat à l’autre, tantôt avec les poings, tantôt avec la plume et portaient avec fierté leur empire tout en le servant avec humilité .
Giorgio Almirante mènera après guerre un combat politique acharné contre les démons bolcheviques, agaçant ses adversaires, exhortant ses fidèles à servir les idéaux fascistes du passé, sous la bannière du MSI ( mouvement Social Italien ) à la fondation duquel il participera, en 1946  dans un discours enflammé, emplis de courage, de passion, d’amour pour un idéal, de fidélité à un « guide» il Duce  et pour servir une cause, celle du peuple fier de ses origines, de son sang  et de sa race .
Quand en France sévissait  «de Gaulle», en Italie  brillaient Almirante et Romualdi, le second participera d’ailleurs aux campagnes d’Albanie et de Grèce. De vrai guerriers multi-fronts. De Gaulle parlait dans  un micro , les deux autres tenaient un fusil. Voilà des destinées bien différentes, un fossé de différences dans les combats, et quant au courage politique, les actes parlent d’eux mêmes. Ceux-là n’ont pas joué dans la même cour. Il y a 32 ans, mourait Giorgio Almirante  et des milliers de fascistes et néo-fascistes accompagnèrent sa dépouille.
Le fascisme perdit la même année Romualdi. Ces deux hommes laisseront  un désert politique qui ne sera jamais comblé.
L’Italie a eu besoin de héros. Almirante fut l’un d’eux. Sa voix s’est éteinte définitivement mais reste encore vive dans les cœurs de ses soldats devenus orphelins encore une fois, se rappelant cet homme debout sur les estrades , jurant à pleins poumons son espoir dans la jeunesse italienne, hurlant de ne pas oublier le passé qui ne pouvait que redevenir le futur de tout un peuple. L’Italie est un pays qui ne se repose jamais, les enfants de la louve ont trouvé bien des frères au fil des décennies, les mêmes cœurs ardents et combatifs, et quand le rideau tombe, la mise en scène pour les adieux est inutile, elle devient naturelle et sans fard ! On se doit de rendre hommage à ces hommes là en se les remémorant en costume politique ou bien en essayant de se les imaginer en uniforme, aussi entiers en joutes verbales que forts au combat .
« Notre racisme doit être celui du sang , celui qui coule dans mes veines , que je ressens en moi et que je peux voir , analyser , et comparer avec le sang des autres» G. Almirante.


Pour une information libre
€10.00

Derniers articles Réflexions & Histoire

Haut De Page