Halte aux restrictions ! Qu’ils arrêtent de nous faire chier !

dans Tour d'horizon

Un an après le début de l’épidémie de Covid 19, certains pays européens ferment enfin leurs frontières aux voyageurs, afin de limiter la propagation du virus, alors que cette disposition évidente avait été prise dès le début par la plupart des pays asiatiques.


Rédaction NSP
Pieter KERSTENS

Pour enrayer cette épidémie, l’Asie a retenu les leçons du passé en imposant des mesures de bon sens, tel le port d’un masque, le dépistage des personnes contagieuses, l’isolement des malades en des lieux fermés (lazarets) et l’accueil des cas graves dans des hôpitaux équipés d’appareils respiratoires en nombre suffisant.

Par manque d’anticipation, de préparation, de courage politique et d’incompétence, la mafia euro-mondialiste en poste à Bruxelles et les bureaucrates nationaux siégeant dans les ministères de la santé ont adopté une stratégie de la frousse et de la langue de bois, pour imposer à leurs peuples des réclusions à domicile et des couvre-feux totalement inefficaces qui, douze mois plus tard, n’ont en rien enrayé la propagation de l’épidémie.

En outre, de nombreux pays d’Europe ont mis leurs parlements hors circuit, en adoptant des mesures d’exception par des plans d’urgence sanitaire et en s’octroyant les pleins pouvoirs, sans réactions énergiques des partis de l’opposition, que l’on aurait aimé voir plus actifs contre cette violation des libertés.

Nous avons eu droit jour après jour à un décompte macabre des personnes malades et des décès dus « au Covid 19 » alors même que de nombreux morts était le fait d’autres pathologies (cancers, maladies cardio-vasculaires ou infectieuses) dont ils souffraient déjà auparavant. En tétanisant sa population, en instaurant un climat de trouille générale, en culpabilisant les gens et en imposant des contraventions imbéciles à ceux qui se promenaient – seuls – en forêt, sur les plages ou en montagne, les chefs d’état et de gouvernements en Europe ont fuit leurs responsabilités et fait preuve d’incurie. A l’heure actuelle une majorité de la population réagit uniquement par émotivité et sensibilité, totalement incapable de raisonnement et d’analyse.

Des citoyens, tétanisés par une catastrophe et anesthésiés par la propagande d’un pouvoir incapable, sont effectivement plus dociles et ont l’esprit plus malléable, prêts à accepter des mesures et des lois totalitaires.

Nous y sommes !

Dans chaque pays européen, de nombreux secteurs économiques sont sinistrés et les faillites vont s’accumuler avec des légions de chômeurs comme résultat, malgré des aides, des subventions, des allocations et des prêts, distribués par milliards d’euros comme une manne céleste, mais qu’il faudra inévitablement rembourser à l’avenir, (quoi qu’il en coûte). Et l’addition va être salée !

OUI, les vieillards décèdent en premier. Et alors, est-ce anormal ?

Moi-même, j’appartiens à une « catégorie à risques » – les septuagénaires – ayant souffert d’une primo-infection tuberculeuse dans mon enfance (avec un isolement total de 4 mois en préventorium) ; j’ai connu le désastre d’une grippe « asiatique » avec 100.000 morts en 1957 en France ; puis la grippe de « Hong-Kong » est arrivée en décembre 1969 et janvier 1970 en tuant 36.000 personnes. Mais à cette époque, chacun prenait ses responsabilités, affrontait l’adversité avec courage et réagissait en adulte sans se tourner en permanence et sous n’importe quel prétexte vers l’Etat-Providence réelle « nounou » de la société actuelle.

Nul n’est immortel et si les progrès de la science et de la médecine ont permis d’augmenter la durée de vie de 25 ans depuis le lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, il ne faut pas croire ou espérer que tous seront centenaires (en France, 6.100 femmes et 1.250 hommes ont plus de 108 ans. Source INSEE).

Bloquer des services de réanimation dans les hôpitaux pour accorder quelques mois supplémentaires de survie à des vieillards cacochymes est un non-sens, alors qu’il faut au contraire protéger et sauver les forces vives d’une nation, c’est-à-dire sa jeunesse qui représente l’avenir d’un pays. Il ne s’agit pas de morale à quatre sous, mais des réalités d’une guerre, comme le docteur Micron l’avait répété à 6 reprises en mars 2020.

A la guerre il y a des morts et des blessés, et l’on fait face en assumant les risques, sans états d’âme !

Au 30 janvier 2021, il y a eu 102 millions de contaminés dans le monde, dont 56 millions ont été guéris et 2,2 millions qui en sont morts, soit 2,17% des cas testés et 0,0003% de la population de la planète. En France, sur 3,2 millions de cas recensés, 76.000 sont morts (soit 0,023%) en un an ce qui représente 0,001% de la population totale ! Est-ce qu’il est raisonnable de sacrifier la vie sociale, culturelle, psychologique et économique d’un pays pour un tel pourcentage et ignorer les conséquences désastreuses de la gestion de cette épidémie qui nous est imposée par un gouvernement de nullards ?
Pour ma part, c’est NON !
Vidons les incapables ! Et vite…

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.