Internet et Facebook sous haute surveillance

dans Résister

Les dissidents de tout poil qui plaçaient dans internet l’espérance d’une liberté d’expression totale, infinie et pour tous commencent à déchanter. Pour le prix d’un abonnement somme toute abordable, n’importe quel quidam peut et devrait à l’avenir pouvoir, selon eux, accéder à une information totalement libre, s’exprimer, contourner les médias serviles et subventionnés et diffuser opinions et états d’âme en toute liberté, sous réserve toutefois de ne point s’en prendre aux derniers dogmes et tabous immuables de nos démocraties éclairées.

Rédaction NSP
Maxime Verneuil

Il aurait pourtant dû apparaitre évident que pareille licence ne saurait indéfiniment être tolérée par une oligarchie qui avait tant et si longtemps œuvré pour le phagocytage, pendant plus d’un demi-siècle de terrorisme intellectuel, des grands moyens d’information, médias en tous genres et sur tous supports, presque exclusivement concentrés dans quelques mains avides de la ploutocratie mondiale. La dissidence grandissante, parfois insolente exprimée sur la Toile devient aujourd’hui insupportable pour l’oligarchie mondialiste qui a déclaré une guerre sans merci à internet, son pire ennemi, un ennemi capable de dévoiler jour après jour sur la place publique son imposture.

Figure emblématique sinon caricaturale de cette oligarchie, dans sa version philosophico-talmudiste, l’inénarrable Jacques Attali avait vendu la mèche dans le quotidien Libération dès le 5 mai 2000, en déplorant que « L’internet représente une menace pour ceux qui savent et décident parce qu’il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique ». Un aveu de taille confirmant que l’accès à l’information pour le peuple représente un danger majeur pour les élites de son genre et qu’il convient donc d’en limiter l’usage. Pour ce délicat humaniste, où va-t-on en effet si le vulgum pecus s’avise d’accéder à l’information libre ?

La reprise en main du réseau mondial, amorcée de longue date par touches et législations successives, connait une accélération assez fulgurante à mesure et à la faveur, si l’on ose dire, des avancées d’un terrorisme exclusivement islamiste ou tout au moins revendiqué comme tel mais aussi du vote des Britanniques en faveur du Brexit et de l’élection de Donald Trump aux États-Unis, tous évènements contraires aux orientations de la caste et imputés en grande partie aux réseaux sociaux. Il semble qu’à haut niveau, bien au-dessus des têtes de nos dirigeants patentés, ait été décidée une lutte sans merci contre la liberté d’expression sur internet et ses succédanés, les réseaux sociaux.

Ainsi, le combat mondial lancé à grand fracas contre les « fake news », c’est-à-dire les fausses nouvelles présumées, conférant paradoxalement à certains ténors de la désinformation l’impensable pouvoir de proclamer le vrai, le faux si ce n’est le beau et le laid, officialise-t-il la reprise en main d’internet. Le onzième Festival international du journalisme de Pérouse, en Italie – très officiellement sponsorisé par Google et Facebook, ce qui en dit long sur l’ampleur de la manipulation – réunissant 600 intervenants de 47 pays pour plus de 300 conférences, ateliers et débats dans douze salles de la ville, acta officiellement la nécessité de parvenir rapidement à une régulation d’internet, afin d’en extirper essentiellement et au plus vite les messages de haine. Suivez mon regard.

Facebook, à l’avant-garde de la censure

Facebook, le premier réseau social mondial, revendiquant deux milliards d’inscrits, n’en finit pas de réduire la liberté d’expression en bloquant régulièrement les internautes trop peu politiquement corrects, punis comme des enfants turbulents, interdits d’accès à leur compte pour des périodes variant selon les propos incriminés et le bon vouloir de censeurs anonymes. Ou en les bannissant définitivement comme ce fut récemment le cas pour l’auteur de ces lignes après que lui fut exigé de justifier de son identité, pièce administrative à l’appui.

En 2015, déjà, la France remportait le triste record du nombre de pages Facebook censurées avec 37 990 pages contre 30 126 en Inde, 6 574 en Turquie, pourtant fort peu suspecte de laxisme, 554 en Allemagne, 431 en Israël, 105 au Royaume-Uni et seulement 84 dans le Russie du redoutable Vladimir Poutine. Tout ceci ne constituait hélas qu’un avant-goût de la censure qui vient : en France, en avril 2017, ce sont 70 000 comptes qui ont été supprimés arbitrairement par Facebook pour pensées et expression non conformes.

Conçu officiellement dès 2004 dans les locaux de Harvard, Facebook intéressa au plus haut point, dès ses débuts, la CIA qui figura d’ailleurs parmi les premiers actionnaires du groupe. Ce fait révélé dès 2008 par le journaliste américain Tom Hodgkinson dans le journal à fort tirage The Guardian n’eut, on se demande bien pourquoi, aucune répercussion dans la grande presse de ce côté-ci de l’Atlantique. Pas plus que celle-ci n’évoque les recrutements effectués depuis 2006 par Facebook des nouveaux agents de la CIA. Quoi d’étonnant si l’on sait que Facebook représente aujourd’hui la cartographie la plus aboutie qui soit des réseaux humains en même temps que la base de données personnelles la plus qualitative ? Propriétaire légal des données, informations et photographies qui lui sont bien imprudemment confiées, Facebook constitue à l’évidence le plus grand réseau de renseignement au monde et constitue par conséquent une mine pour les services de renseignement du monde entier.

Pour complaire à cette directive mondiale de restriction des libertés, à l’armée de 4 500 modérateurs du réseau social, Mark Zuckerberg fondateur de Facebook s’est engagé à en ajouter 3 000 supplémentaires, chargés d’arbitrer les sanctions et exclusions consécutives aux dizaines de milliers de dénonciations postées par les abonnés eux-mêmes. Grâce à une débauche de moyens plus sophistiqués les uns que les autres, Facebook collecte des données sur les membres mais aussi sur les non-membres, sans leur consentement, grâce, par exemple, à un cookie dénommé « Datr » qui mémorise pendant deux ans les informations concernant l’internaute.

L’outil Facebook Connect permet, lui, de suivre et d’identifier les internautes même déconnectés du réseau social. Dernière toquade en date au pays de la National Security Agency (NSA), Facebook projette d’exploiter prochainement un brevet obtenu il y a deux ans, permettant d’utiliser la caméra du smartphone pour étudier les réactions des internautes aux messages, commentaires et publicités visionnées et de stocker et traiter ces informations dans de gigantesques bases de données. D’autres projets intrusifs à venir prévoient, par exemple, d’analyser la manière dont l’utilisateur tape sur les touches ou le choix et l’emploi des émoji joints aux messages, etc.

Une anecdote, racontée par Mark Zuckerberg lui-même, en dit long sur la philosophie qui présida à la naissance de Facebook. Les parents Zuckerbeg désespérant de mettre en monde un fils, après la naissance de leur troisième fille, un ami de la famille, proche des Loubavitch, conseille au père d’obtenir la bénédiction du Rabbi. Celui-ci s’exécute et se rend à New-York en 1982 pour lui exprimer le vœu pressant d’obtenir un fils. Le Rabbi lui donna un dollar à conserver précieusement, lui enjoignit d’élever sa progéniture dans le respect des traditions juives et commença alors à lui expliquer la philosophie du Habad, visant à relier les juifs entre eux de par le monde par des actions communes. Une fois son entreprise florissante, Mark Zuckerberg déclarera « Je sentais qu’il y avait une drôle de coïncidence entre le message du Rabbi et mon propre projet de réseau social ». Dont acte. À noter que, symboliquement, Mark Zuckerberg déposa en banque le fameux dollar lors de la création de Facebook. Même s’ils nous sont étrangers, que de symboles !

Le Monde luttant contre la désinformation, ce n’était pas un canular

Début février 2017, jamais en retard d’un conformisme, le quotidien Le Monde se pose en donneur de leçons et prétend apporter son immodeste contribution à la lutte contre les fausses nouvelles (les « fake news ») en créant un outil de vérification de la fiabilité des sites d’information grâce à Decodex, un moteur de recherche censé distribuer les bons et les mauvais points en matière de fiabilité de l’information. L’initiative avait tout du canular, provenant du quotidien le plus épinglé de la grande presse pour ses désinformations multiples et variées.

Au fil des décennies se sont d’ailleurs multipliés les livres dénonçant la relation très particulière qu’entretient le quotidien avec l’information et la vérité. Citons, dans le désordre chronologique quelques-uns des ouvrages en question : La désinformation et le journal Le Monde ; Le Monde et ses faux, de Jean Madiran ; Quand Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves ; Le Monde, un contre-pouvoir ? Désinformation et manipulation sur le génocide rwandais ; La face cachée du Monde…. Sans parler des centaines d’articles sur le sujet. Le Monde, pourfendeur des fausses informations, ce n’était, hélas, pas un canular, sans doute un sérieux coup de publicité mais, au-delà, une volonté affichée de tordre le cou à une information réellement libre, accusée de discréditer jour après jour la grande presse de plus en plus mal en point.

Les attentats comme alibi au flicage généralisé

À chaque attentat islamiste ou revendiqué comme tel, de nouvelles mesures liberticides viennent se superposer aux précédentes et renforcer ainsi le dispositif de surveillance des masses. Selon Freedom House, association de défense d’un internet libre, la censure sur le réseau s’aggrave en France pour la sixième année consécutive, conséquence de l’attentat de Charlie Hebdo et de législations successives portant atteinte à la vie privée et réduit jour après jour comme peau de chagrin la liberté de s’exprimer sur internet et les réseaux sociaux. Reporters sans Frontières classe la France parmi les « pays sous surveillance ».
Passée de la 6ème à la 12ème place des 18 pays dans lesquels internet est encore considéré comme libre, la France connait le plus fort recul derrière la Lybie, à égalité avec l’Ukraine. Classée derrière la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Allemagne, le Canada et les États-Unis, la France recule dans le classement pour la sixième année consécutive.

Assumant visiblement cette reculade des droits individuels et notamment celui de s’exprimer librement, le président François Hollande n’avait pas manqué de manifester une allégeance servile lors du dîner annuel du CRIF en 2015, en présentant son action présente et à venir en faveur d’une limitation de la liberté d’expression sur internet. Une ovation à tout rompre salua sa tirade : « Nous devons pourchasser la haine partout, partout où elle se diffuse, partout où elle peut trouver un abri protecteur et notamment sur Internet. Vous avez évoqué cette question, monsieur le Président (Roger Cukierman, président du CRIF. NDLA), [ …] les grands opérateurs doivent être mis devant leur responsabilitéQuand des sites de partage de vidéo en ligne diffusent des harangues antisémites, quand en un clic sur un moteur de recherche, on trouve des pages et des pages où se déploie impunément le négationnisme, alors l’indifférence devient complicité. Et si vraiment les grands groupes d’Internet ne veulent pas être les grands complices du mal, ils doivent participer à la régulation du numérique ».

On notera l’absence prudente de la moindre allusion à l’islamisme, pourtant principale source de l’antisémitisme contemporain.

Cette tendance lourde au contrôle d’internet s’appuie inévitablement sur un arsenal législatif de plus en plus affûté. Telles la Loi Loppsi II, libéralisant les écoutes téléphoniques et mouchards sur les ordinateurs et la Loi relative au renseignement renforçant la surveillance systématique des données personnelles en instrumentalisant les hébergeurs et prestataires de cryptologie sous prétexte de prévenir un terrorisme dont les origines sont connues et directement liées à l’immigration, cause évidente de l’islamisation et par conséquent des dérives commises en son nom.

À partir du 1er novembre 2017, le projet de Loi antiterroriste qui sera débattu en octobre prochain devrait pérenniser un certain nombre de dispositions exceptionnelles de l’état d’urgence. Autrement dit, par un tour de passe-passe législatif, le gouvernement ne pouvant maintenir indéfiniment l’état d’urgence concocte une loi assurant le maintien de dispositifs d’exception qu’il permet. Officiellement le projet de loi vise à surveiller les « personnes à l’égard desquelles il existe de sérieuses raisons de penser que leur comportement constitue une menace d’une particulière gravité pour la sécurité et l’ordre public ».
La formule désigne implicitement les djihadistes et autres fous d’Allah, bien sûr, mais comment ne pas percevoir derrière cette description sibylline une menace pour la mouvance patriotique et identitaire, opposée aux menées destructrices des partisans du Nouvel Ordre Mondial et par conséquent, de fait, pouvant selon certains constituer « une menace d’une particulière gravité pour la sécurité et l’ordre public » ?

La surveillance de masse se banalise

Cette loi devrait aggraver encore les graves atteintes à la vie privée de la Loi relative au renseignement promulguée le 24 juillet 2015, autorisant, par exemple, après autorisation de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) l’installation chez les opérateurs de télécommunication de « boîtes noires » visant à détecter des comportements suspects à partir des données de connexion et à recueillir en temps réel ces données.
La loi en question permet aussi l’utilisation de mécanismes d’écoute, de logiciels espions, d’IMSI-catchers. Ce dernier dispositif intercale une fausse antenne-relai entre le réseau de l’opérateur de téléphonie et le matériel surveillé. Il permet ainsi de surveiller et intercepter le trafic des communications mobiles de zones entières.

Plus grave encore, dans les cas d’« urgence absolue », une autorisation pourra être délivrée automatiquement sans avis de ladite commission. Voici qui ouvre d’effrayantes perspectives d’un flicage de masse au détriment des plus élémentaires libertés individuelles.

Qui décidera, en l’absence de tout contrôle,
de l’urgence absolue ou des citoyens à espionner ?

L’association Quadrature du Net évoque « une loi mettant en place la surveillance généralisée et légalisant les pratiques des services de renseignement attentatoires aux libertés fondamentales, sans aucune garantie sérieuse contre les dérives potentielles ».
Le très pondéré Conseil national du numérique (CNNum) évoque quant à lui « une surveillance de masse ». Pour sa part, le juge antiterroriste Marc Trévidic estime que cette loi « est une arme redoutable si elle est mise entre de mauvaises mains ».

Législations liberticides et surveillance de masse, aggravées après chaque attentat inciteraient normalement le citoyen rescapé de la lobotomisation numérique à s’interroger sur les motivations profondes des terroristes mais surtout à se demander à qui profite le crime. Il apparait probable que la liberté d’expression sur internet ne constituera bientôt plus qu’un aimable souvenir tant l’étau se resserre d’année en année.
Français et Européens se font, jour après jour, dépouiller de leurs dernières libertés individuelles au nom de la lutte contre un terrorisme totalement importé, souvent suspect, tandis que se poursuit, en toute inconséquence, l’accueil massif d’immigrés clandestins, forcément à charge, pour notre plus grand malheur et celui de nos enfants.