La censure féroce et intolérable des GAFA

dans Résister

Les géants de la communication numérique tels Facebook, Twitter, WhatsApp, Youtube, Snapchat continuent de censurer à tour de bras et de fermer des centaines de milliers de comptes jusqu’à celui de Donald Trump lui-même, leur compatriote, président, au moins jusqu’à ce jour, de le première puissance économique mondiale.


Rédaction NSP
Arnaud Raffard de Brienne

Au-delà de l’indignation, on peut néanmoins déplorer l’addiction de ce dernier pour les services Twitter, par exemple, dont il usait et abusait en n’ignorant rien pourtant de la sourde hostilité de ses dirigeants comme de l’ensemble de la petite coterie présidant aux destinées de Big tech. Le gouvernement américain a lancé, mais un peu tard, une enquête aux résultats courus d’avance sur ces entreprises technologiques mais n’eut-il pas été préférable d’impulser et de favoriser l’émergence de réseaux alternatifs durant ces quatre dernières années ?

La folle censure des GAFA

C’est l’électrochoc qui manquait, même si la folie excommunicatrice de ces réseaux sociaux aux mains d’un poignée de milliardaires cosmopolites de la côte ouest des États-Unis n’a rien de bien nouveau. Aux centaines de milliers d’internautes virés de ces réseaux s’ajoutent des centaines de milliers d’autres fermant leur compte pour rejoindre des entreprises plus tolérantes mais aussi plus respectueuses de la confidentialité et de la vie privée. Orfèvre en la matière, Edward Snowden, transfuge de la National Security Agency (NSA) réfugié en Russie, aura suffisamment mis en garde sur les accointances et même la mainmise des services de renseignement sur ces réseaux dits sociaux dont les données sont notoirement épiées, collectées et vendues a plus offrant. Nul ne peut plus l’ignorer.
La perte de confiance planétaire envers ces entreprises de services numériques américaines devrait inciter à migrer plus massivement encore vers des réseaux et messageries davantage sécurisés tels Signal, VK, Parler, Gab et des plateformes vidéo comme Rumble ou Odysée. Selon Snowden et quelques pointures de la sécurité informatique, Signal serait aujourd’hui la messagerie la plus sécurisée connue. Le réseau Parler, réputé pour son respect de la liberté de parole, avait commis l’erreur de confier son hébergement sur cloud à un Amazon, éminent membre des GAFA, dont le PDG, Jeff Bezos, l’homme le plus riche au monde a décidé le blocage.

La Pologne au secours de la liberté d’expression

Ironie de l’histoire, contrastant avec le lâche silence des dirigeants politiques européens, c’est de l’Est que provient la plus claire condamnation de cette révoltante censure. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a en effet rappelé la nécessaire liberté d’expression, évoquant fort opportunément que « Pendant près de 50 ans, nous avons vécu dans un pays où la censure était pratiquée, où Big Brother nous a dit comment nous étions censés vivre et ce que nous étions censés ressentir, et ce que nous n’avions pas le droit de penser, de dire ou d’écrire ».
Plus que jamais, il apparait nécessaire de fuir au plus vite ces officines privées de surveillance au service du Deep State pour rejoindre des services tels que Signal, VK, Gab, Télégram… et des plateformes vidéo telles que Rumble et Odysée et quelques autres.

Derniers articles Résister

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.