La Coïncidose médiatique. Une épizootie économico-sociale ?

dans Tour d'horizon

La coïncidose semble frapper de façon quasiment systématique les élevages en période de crises économiques consécutives à l’incompétence et/ou au désarroi de décideurs politiques.


Rédaction NSP
Claude Timmerman

C’est une affection de type pandémique susceptible de frapper tous les types d’élevages et qui, faute de traitement prophylactique adapté mis en place, conduit immanquablement, grâce à un formatage médiatique pernicieux de l’opinion qui ne s’en émeut pas, à l’abattage massif et systématique des cheptels visés, massacrés de la façon la plus arbitraire.
Alors qu’on la pensait disparue depuis près de vingt ans, on voit refleurir la coïncidose à la faveur de la pandémie associée au coronavirus dit Covid 19.

Un peu d’histoire … En 2000, de l’ESB à la fièvre aphteuse

L’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), dite « maladie de la vache folle », est une infection dégénérative du système nerveux central des bovins. C’est une maladie mortelle, analogue à la tremblante des ovins et des caprins, causée par un agent infectieux non microbien : une molécule protéique d’un type particulier, le prion.
Une épizootie d’ESB a touché le Royaume-Uni, et quelques autres pays d’Europe de l’ouest, entre 1986 et le début des années 2000, infectant plus de 190 000 animaux… qui furent évidemment abattus.
Cette « crise de la vache folle » était due à l’utilisation pour l’alimentation de farines animales, obtenues à partir de l’équarrissage des cadavres de bovins et d’autres animaux.
Cette alimentation « carnée », a été imaginée par la zootechnie, prodiguée comme  complémentation protéique dans les élevages laitiers où la lactation de plus en plus intensive a conduit à une carence physiologique chronique en protéines qu’il fallait corriger. L’observation a d’ailleurs montré que l’ESB a essentiellement atteint les troupeaux laitiers de Prime Holstein.
L’épidémie a pris une tournure particulièrement  anxiogène quand les scientifiques se sont aperçus au début 1996 de la possibilité de transmission de la maladie à l’Homme par le biais de la consommation de produits carnés.
On déplorera des centaines de victimes humaines, touchées par des symptômes proches de ceux observés dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob, maladie de même nature que l’ESB.
C’est à partir de là que la viande bovine a connu une crise de mévente sans précédent car au lieu de stigmatiser la question des vaches laitières dites « de réforme » (vaches plus assez productives, âgées, abattues et commercialisées en boucherie comme « boeuf » : le monde médiatique (et vétérinaire !) a laissé planer le doute sur les vecteurs de la maladie et ses hôtes, ce qui a conduit le public jamais convenablement averti à fuir la consommation de viande bovine.
En 2001, une épidémie supposée de fièvre aphteuse survint opportunément, « importée » d’Angleterre, transmise par des moutons provenant d’un centre d’allotement où en raison de la proximité avec la fête de l’Aid-El-Kebhir se trouvaient plusieurs milliers d’animaux destinés à être exportés dans toute l’Europe et dont la plupart, contaminés ou non le furent effectivement. [Rappelons que la fièvre aphteuse est une maladie virale très contagieuse mais bégnine qui se guérit spontanément dans les six mois, mais se traduit surtout dans les élevages de ruminants par une perte de rendement notamment laitier, ce qui est suffisant aux yeux des exploiteurs agricoles pour les condamner à mort.]
Par suite des accords européens, « on » avait  fait interdire la vaccination – pourtant très efficace même si les sérotypes sont nombreux – au prétexte d’une clause d’exportation notamment appliquée pour les USA spécifiant que les animaux doivent être « exempts de fièvre aphteuse » ce qui ne peut évidemment pas être certifié en cas de vaccination. En France, la vaccination anti-aphteuse fut ainsi interdite chez toutes les espèces animales par l’arrêté interministériel du 29 mars 1991.
L’épidémie s’est évidemment répandue comme une traînée de poudre dans les années qui ont suivi et ne pouvait être jugulée que par l’élimination  des animaux supposés atteints : avec  la complicité de la DSV des dizaines de milliers d’animaux ont ainsi été abattus. (Invendables depuis des mois, des troupeaux essentiellement de bêtes à viande, nullement concernés par l’ESB et/ou par la fièvre aphteuse, mais boudés par les consommateurs toujours inquiets et non avertis de la différence, ont été  massacrés dans des conditions grand-guignolesques, mais payés en indemnisation aux éleveurs pour la plus grande satisfaction de la FNSEA qui poussait à la roue dans tous ses communiqués…)

Une épidémie tombée à pic : quelle coïncidence !

Quotidiennement, dans les médias, on avait droit au relaté du bouclage de fermes (par les CRS) sur ordre des préfets où les troupeaux « suspectés de fièvre aphteuse » étaient abattus sans ménagement par les « techniciens » des DSV. On apprenait ensuite le lendemain que les prélèvements effectués montraient que l’élevage massacré ne présentait « aucune trace de contamination ».
Cela a duré alors des semaines, avec le soutien actif ou tacite des médias : le temps que les troupeaux considérés comme excédentaires et invendables soient éradiqués…et indemnisés !
La coïncidose avait fait son œuvre.
En 2004, principe de précaution et Charte de l’environnement. Même si l’immense majorité des « éleveurs » n’a pas alors caché sa satisfaction, il s’est trouvé – pour l’honneur du monde paysan – quelques récalcitrants : une poignée d’éleveurs du nord de la France ont osé traîner les préfets qui avaient fait massacrer à tort leurs troupeaux devant les tribunaux pour « abus de pouvoir » et ils ont tous sans exception gagné leurs procès!
Panique jacobine : voir des citoyens pouvoir s’opposer aux dictats des fonctionnaires et contester leur pouvoir était totalement intolérable pour la république.
C’est dans l’unique souci de mettre à l’avenir les fonctionnaires à l’abri de la vindicte populaire qu’on avait alors inventé le «principe de précaution »… Nullement alors pas « souci écologique».
C’est Roselyne Bachelot, ministre de l’Ecologie du gouvernement Raffarin qui fit imposer ce « principe de précaution » dans la Charte de l’Environnement qu’elle fit intégrer à la constitution en 2004 à la demande du président Chirac.
Désormais, tous les acteurs de massacres ordonnés sous l’égide du gouvernement  disposent d’une immunité de fait, sans aucune restriction et sans possibilité d’appel !

La grippe aviaire

En 2004, une souche H5N1 du virus a été particulièrement surveillée, en raison de son danger et de sa transmissibilité à l’homme.
Cette affection est transmissible entre volailles et plus rarement à des mammifères (dont le porc qui est à la fois réceptif aux virus l’épizootie due au virus H5N1).
De 2004 à 2007, l’épidémie a durement frappé les oiseaux, surtout les élevages de volailles, et seulement quelques centaines d’humains qui avaient dans la plupart des cas été en contact étroit ou prolongé avec des volailles touchées par l’épizootie. (Fin juillet 2006, 58 pays ou territoires ont notifié des infections d’oiseaux sauvages ou d’élevage par le virus H5N1 sur trois continents.)
Dès 2003, certains ont, bien entendu, incriminé les espèces sauvages, en l’occurrence celles à l’origine des migrations aviaires comme vecteur principal de diffusion de la maladie, mais ceci ne reste qu’une hypothèse peu probable. En 2003, la FAO écrivait déjà : « Aucune évidence jusqu’ici n’indique que les oiseaux sauvages sont la source des présentes éruptions épizootiques du virus hautement pathogène de la grippe aviaire H5N1. Les oiseaux sauvages ne doivent pas être éliminés »
(On a eu chaud !)
L’épizootie roumaine du début juin 2006 montre l’importance de l’élevage désigné comme facteur essentiel de risque quand les mesures de biosécurité ne sont pas respectées. La véritable question est donc au contraire, une fois de plus,  celle de la contamination des animaux sauvages par les activités humains d’élevage, notamment les oiseaux migrateurs les plus menacés.
En  20 ans, au cours d’irruptions épidémiques, de l’Amérique à l’Asie du Sud Est en passant par le Moyen Orient, des dizaines de millions de volailles d’élevage ont été abattues.

2020, année de crise sanitaire et écologique

Covid – L’année 2020 restera dans les annales  comme celle des confinements. Le ralentissement de l’activité économique est patent et on évoque déjà une chute du PIB de 25%. Dans ce climat morose le gouvernement martèle, avec le concours des médias plus que jamais aux ordres, l’intérêt du confinement et l’utilité « pour sauver des vies » de supprimer carrément les réunions familiales voire les réveillons de fin d’année.
Ce n’est pas sans stupeur que l’on constate le panurgisme sidérant de la population, anesthésiée par la terreur répressive et la propagande alarmiste largement répandue par les médias dans un climat de médicocratie anxiogène devenue stalinienne…
Ce climat délétère a des conséquences attendues sur les producteurs de volailles et de foie gras…
Un travail (notamment l’élevage des chapons) commencé par la nature il y a déjà plus de six mois et dont les fêtes de fin d’année constituent l’aboutissement et la rémunération.
Une situation qui met aujourd’hui en péril toute la filière !
C’est là que l’on voit la coïncidose réapparaître: une offensive de la grippe aviaire se profile opportunément!
De quoi occasionner le massacre de tous les animaux de fête devenus invendables pour cause de confinement.
https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/grippe-aviaire-la-france-en-etat-dalerte-dans-45-departements-1262306
https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/haute-corse/lucciana/haute-corse-cas-grippe-aviaire-detecte-animalerie-1895084.html

L’’indemnisation est donc bien en vue …

L’hystérie animaliste est aussi à l’ordre du jour cette année. Après l’interdiction des animaux dit « sauvages » dans les cirques, ce qui va priver les circassiens de public – Barnum a fermé à la suite de l’interdiction de présenter des éléphants – voici que c’est le port de la fourrure qui est visé mondialement. C’est toute une filiaire qui va disparaitre : élevages, tannage, peausserie, fourreurs… (A New York, rassurez vos,  on a déjà prévu une dispense pour le façonnage et la vente des schtreimels)

En Europe l’élevage du vison va donc disparaître

Le Danemark est le premier pays d’élevage de visons et le premier exportateur mondial de peaux: environ 20 millions d’animaux vont donc leur rester sur les bras et il faudra les euthanasier car il n’est pas question de relâcher ces animaux (visons américains)  dans la nature où leurs congénères déjà relâchés – espèce invasive s’il en est – entrent en concurrence avec le vison d’Europe qui a quasiment disparu (il n’en reste que quelques centaines en France dans l’ouest).
On peut imaginer que les éleveurs danois vont chercher à sauver leurs élevages… et du même coup leur activité économique.
C’était compté sans la coïncidose !
Car voici qu’opportunément apparaîtrait une mutation du Covid chez le vison sensée être particulièrement dangereuse et “mettant en péril l’efficacité de la recherche vaccinale“. (sic !)
On va donc abattre les visons qui n’y sont pour rien “pour des raisons sanitaires afin d’éradiquer cette mutation” (on ne rit pas)…
C’est la filière ainsi grassement indemnisée qui va être contente…
La seule chose que l’on puisse regretter c’est que la coïncidose médiatique ne frappe pas encore les médiateux…
Rien n’est parfait !

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page