La République et l’école hors-contrat : “C’est la guerre !”

dans NSP Express/Résister

A la rentrée 2021, le gouvernement Macron, à la solde des Loges,  intensifiera encore, au nom de la lutte contre les séparatismes, la lutte contre l’enseignement hors-contrat et l’enseignement à la maison.


Rédaction NSP
Klara von Kustnitz

Depuis 250 ans, la république combat l’Eglise avec une hargne et un acharnement jamais démentis. La lutte n’a jamais été aussi dure et les pertes sont innombrables, la plus grande étant celle de l’instruction des enfants. La Gueuse avait livré en 1792 les enfants à des hordes de sans-culotte analphabètes et sans Dieu, pompeusement nommés « instituteurs » : il fallait former de « bons citoyens ». Depuis, les choses ont empiré, et la mainmise républicaine est de plus en plus forte : à la rentrée 2021, il sera interdit de faire l’école à la maison pour des raisons philosophiques ou religieuses, et les bambins seront traînés de force dans les écoles de la république dès l’âge de trois ans. Nul n’échappera au lavage de cerveau maçonnique. Comme l’avait rappelé le Frère Vincent Peillon, en son temps ministre de la Déséducation nationale : « Les enfants appartiennent à la république. »

Libérer l’école ?

Paul Bert, anticlérical forcené, estimait que : « Libérer l’école, c’est achever la plus belle des conquêtes de la Révolution française. », comprendre « libérer l’école de l’influence néfaste de l’Eglise » naturellement. Mais qui libérera nos enfants de l’influence néfaste de la république ? Qui empêchera une bande de pédagogos laïcards de prendre nos enfants en otage pour les livrer à la prison du Temple ? Le conventionnel  franc-maçon ( Loge Le Phoenix, GODF) Lepeletier de Saint-Fargeau affirmait en 1794 : “Les enfants sont la propriétés de l’Etat, les parents ne sont que les dépositaires. Ils seront enfermés dans des maisons d’éducation nationale.” “Enfermés”, le mot est effrayant, “enfermés” hors de leur famille, loin de l’autorité de leur père et de l’amour de leur mère, pour leur laver le cerveau dans le creuset républicain. 

Comme le rappelait le pape Pie XI dans son encyclique Divini illius Magistri : « La famille reçoit immédiatement du créateur la mission et conséquemment le droit de donner l’éducation à l’enfant. » Nier ce droit, c’est nier l’existence de Dieu, c’est « aller contre la justice » (Saint Thomas d’Aquin). Arracher les enfants à leur famille, c’est détruire celle-ci, “déconstruire” comme ils disent, et créer le chaos d’où naîtra le nouvel homme que la franc-maçonnerie veut égal à Dieu. Les enfants “prima materia”, plongés dans le “creuset” alchimique de la république, seront détruits, oeuvre au rouge, puis oeuvre au noir, pour en sortir, non pas changés en or fin grâce à la Grâce divine, mais transformés en parfait républicains. Ordo ab chaos, devise maçonnique et talmudique.

L’éducation républicaine est uniquement de ce monde, elle ne vise que la réussite sociale, ne propose rien de spirituel et maintient l’enfant au rang de consommateur abêti. Toutes les matières – si utiles et si respectables soient-elles – lui sont enseignées à l’aune de la république pour faire de lui un « citoyen » et non un homme ou une femme. Niant la prééminence des droits naturels, la république exige même des parents des certificats de bonne conduite avec un programme directement venu des Etats-Unis, le PFSP (Programme de Soutien aux familles et à la Parentalité) affirmant :  « On ne naît pas parent, on le devient ». Il s’agit d’un programme d’acquisition et de renforcement des compétences parentales opérationnel dans 35 pays du monde. Le programme s’adresse à toutes les « familles » y compris les homoparentales afin de leur apprendre à élever leurs enfants. Pour la république, les parents sont donc incapables d’élever leurs enfants correctement.

Comme l’a dit E. Macron : « c’est la guerre ! ». Ne nous trompons pas, il ne s’agit pas d’une guerre contre un hypothétique virus échappé d’un pangolin chinois, mais de la guerre toujours ouverte, toujours meurtrière entre la famille et l’Eglise. La Cité de Dieu est attaquée de toutes parts par la cité révolutionnaire et le dernier bastion à tomber sera l’école hors-contrat, si rien n’est fait. Les catholiques doivent compter leurs forces, fourbir leurs armes et lutter de toutes leurs forces contre le vol de leurs enfants par la république car, quoi qu’ils fassent, son influence pernicieuse les touchera au cœur même de leur éducation si celle-ci n’est pas menée selon l’ordre naturel des choses et sous le regard bienveillant de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Nous appelons tous les catholiques – même ceux qui n’ont pas d’enfants – à soutenir les écoles hors-contrat : offrez votre aide, participez aux kermesses, aidez financièrement si vous le pouvez. C’est la guerre !

Derniers articles NSP Express

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.