La Slovénie, terre chrétienne et résistante

dans Résister

La Slovénie est une nation chrétienne car comme ses voisins croates, les slovènes appartiennent à la foi catholique romaine et possèdent l’alphabet latin.


Rédaction NSP
Milos Arkan

La christianisation du pays s’est effectuée petit à petit et d’ailleurs, une partie des terres slovènes a été annexée à l’empire carolingien, ce qui contribua à  évangéliser les populations. Les monuments catholiques sont quasi-omniprésents dans la société: des églises dans chaque village, de somptueuses cathédrales et de merveilleuses chapelles dans les montagnes, preuves de la foi profonde des Slovènes.
Cependant, les anciennes traditions païennes, bien que très minoritaires, sont encore présentes. De la même manière que les Croates, les Slovènes ont intégré les anciens dieux païens dans le culte des saints. Les peuples slaves l’ont fait pour le dieu de la foudre Péroun qui fait encore l’objet d’un culte en Croatie ou en Slovénie sous le nom de Stantovid ou saint Vitus.
La richesse architecturale ou décorative des églises slovènes est particulièrement exceptionnelle. Les autels ainsi que les statues sont d’une beauté sans nom. La cathédrale Saint-Nicolas de Ljubjana, reconstruite en style baroque avec son dôme vert et ses deux tours jumelles, reste le bijou de la chrétienté slovène malgré son incendie au XVème siècle par les envahisseurs ottomans.
A l’entrée de chaque village, le voyageur croise un autel à la gloire du Christ, de la Vierge Marie ou d’un Saint et la Slovénie a aussi son martyr en la personne du poète Lojze Grosde, reconnu Bienheureux par l’église catholique après son assassinat en 1943 par les partisans communistes.
La foi catholique n’est pas la seule branche chrétienne du pays et de petites minorités orthodoxes et protestantes y vivent également leur foi. En témoignent les somptueuses églises orthodoxes serbes notamment, celles dédiées à Saint Cyrille et Saint Méthode à Ljubjana.
Dans cette église serbe, vous serez accueillis par un tapis rouge orné de l’aigle impérial et des fresques représentant l’empereur Constantin – saint chez les orthodoxes – ou encore sainte Hélène, mère de Constantin. A leurs côtés, d’autres saints guerriers comme saint Dimitri de Thessalonique, guerrier de l’armée romaine et martyr chrétien.
Catholiques de conviction ou de culture, les Slovènes entendent préserver la famille traditionnelle et refusent les unions homosexuelles. Le mariage gay est d’ailleurs interdit en Slovénie et  le peuple lui-même  l’a refusé par référendum. Avec sa voisine croate, la Slovénie fait partie de la liste des pays catholiques encore existant en Europe. Cependant, les nations orthodoxes constituent elles aussi des leviers de résistance contre le mondialisme satanique et son projet de gouvernance mondiale. Bien entendu, le mot “nations” désigne ici les peuples et non pas les dirigeants dont il faut se méfier.

Face à l’immigration-invasion

Indépendante depuis la fin de la Guerre des dix jours contre les Yougoslaves en 1991, la Slovénie est aujourd’hui un pays membre de l’Union Européenne et de l’OTAN et s’est convertie à l’économie de marché. Après sa rupture avec le communisme, la Slovénie ne peut que vivre désormais des jours meilleurs, avec un taux de délinquance au plus bas dans l’Union Européenne.
Cependant, comme beaucoup de pays européens soucieux de préserver leur identité, les Slovènes doivent subir eux aussi les exigences de Bruxelles et l’immigration-invasion. Pour ne pas être submergés par les envahisseurs, les Slovènes ont pris l’initiative de constituer des groupes de types paramilitaires afin d’aider les gardes frontières à contenir l’invasion migratoire. Les antifas de service et autres gauchistes sans frontières critiquent évidement ce genre d’initiative mais comme en France et dans les autres pays assujettis à la toute-puissante Europe des marchés, les gauchistes de Slovénie ne sont que des traîtres à la solde  de l’internationalisme destructeur
Plusieurs milices se sont organisées. Un exemple : la Garde styrienne,  Štajerska Guard, dirigée par le nationaliste Andrej Sisko qui n’hésitait pas à patrouiller le long des frontières et à capturer et livrer les clandestins à la police. Le même phénomène existe en Bulgarie ou en Hongrie voire en Grèce.
Malheureusement, le gouvernement de centre-gauche, le président de la république, l’ancien apparatchik Barut Pahor et le chef de gouvernement Marjan Sarec –  avant les élections de 2020 – ne l’entendaient pas de cette oreille et ont promulgué des amendements considérant le port de l’uniforme ou le fait de patrouiller comme des entraves à l’action de la police, ce qui a entraîné l’arrestation d’Andrej Sisko et sa condamnation à huit mois de prison. Cependant, celui-ci a été rapidement remis en liberté faute de preuves, la constitution de “milices” ne constituant pas un délit en Slovénie. Gageons que ce vide juridique sera très vite comblé par le Nouvel Ordre Mondial tenant de l’anti racisme et de la bien pensance.

Un exemple pour la France

Cependant, la Slovénie reste un pays préservé et à Ljubjana, contrairement à Paris, le regard croise peu de voiles islamiques et d’allogènes subsahariens. Notre belle France devient de plus en plus un terreau pour l’islam et certains quartiers sont carrément devenus des enclaves étrangères formant de petits califats. Notre pays ferait bien de s’inspirer des Slovènes qui, malgré un gouvernement de centre-gauche, ont gardé un conservatisme et une fierté patriotiques. Une collaboration entre les citoyens et la police serait certainement efficace dans le maintien de l’ordre, à condition bien sûr, que cet ordre ne se retourne pas contre les Français de souche comme dans l’affaire des Gilets Jaunes et que la police ne devienne pas l’outil de la répression anti-française. Malheureusement, notre pays a bien perdu de sa souveraineté et l’état a trahi les intérêts du peuple. Comme le rappelle  Andrej Sisko, le chef de la garde styrienne slovène  : “Un état qui n’est pas capable de protéger ses frontières n’est pas vraiment un état souverain”. A méditer.
En Slovénie, et selon un article de Slovenia News  qui a pu obtenir la déclaration d’un chef de police sur cette affaire: “Les autorités sont heureuses de fermer les yeux sur les patrouilles, tant qu’elle restent dans les limites de la loi. Les gens nous appellent tous les jours au téléphone et nous donnent des informations sur les véhicules suspects et les personnes suspectes, et nous les remercions sincèrement pour ces informations.” Et il s’agit surtout, d’après un des membres de la Garde d’ “apprendre à protéger la nation des envahisseurs.”
Même si le gouvernement ne cautionne pas ce genre d’initiative, les élections de mars 2020 ont vu l’arrivée au pouvoir du nationaliste Janek Sansa  comme chef du gouvernement. Avec cette élection, peut-être verrons-nous enfin en Slovénie un vrai gouvernement nationaliste soucieux des intérêts de son peuple. Nos frères slovènes sont comme nous confrontés au problème migratoire, aux pressions de l’UE et à l’attitude souvent peu conciliante de son propre gouvernement. Cependant  la Slovénie garde encore son identité et ne subit pas encore  l’occupation étrangère.
Pour préserver la Slovénie, les Slovènes sont prêts à faire tout leur possible. Souhaitons que cette attitude soit un exemple pour les jeunes Français.

Derniers articles Résister

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.