L’arnaque du confinement

dans Zones occupées

Il est indispensable, inévitable, inéluctable. Toutes les huit minutes, il nous permet de sauver une vie, selon le gouvernement. Dans les médias comme dans la classe politique, parmi les milieux médicaux autorisés ou dans les sondages, le principe du confinement fait l’unanimité. Tout le système l’a adopté comme un totem et le défend bec et ongles. Si vous en contestez en principe, ou pire, que vous refusez de vous y soumettre, vous êtes au mieux un inconscient ou un imbécile, au pire un criminel et un assassin. Tels sont les principes qui régissent la France depuis bientôt deux mois. Difficile d’ailleurs de trouver des personnalités politiques ou médiatiques de renom remettant en cause ce principe.


Alex Charette

Pourtant, derrière les grands mots et les grands principes soi-disant sanitaires et humanitaires, des fissures apparaissent. Progressivement mais sûrement, la grogne grandit parmi le peuple face à la gestion catastrophique du gouvernement, incapable de fournir des masques à sa population alors que nombre de pays du Tiers-monde y parviennent. Les commerçants, artisans, restaurateurs, auto-entrepreneurs ou autres professions intermédiaires s’inquiètent pour leur avenir tant le désastre économique annoncé s’annonce particulièrement dramatique pour eux. Même dans les médias du système, des voix discordantes apparaissent, portées par la popularité grandissante du professeur Didier Raoult qui remet en cause le principe même du confinement. Et enfin, et surtout, on s’aperçoit que certains pays qui n’ont pas pratiqué le confinement comme la Suède ne connaissent absolument pas les vagues épidémiques qu’on leur promettait.

Racket et conséquences économiques

Intéressons-nous de plus près à ce confinement. L’hypocrisie de son application apparaît assez aisément. Car s’il est appliqué avec zèle par les policiers et gendarmes aux français de souche qui osent se promener seuls sur une plage, en montagne ou en forêt, il n’en est pas de même avec les racailles de banlieue qui peuvent continuer leurs trafics, leurs rodéos à moto ou tirer au mortier en toute impunité. Le gouvernement a même demandé aux forces de l’ordre de faire preuve d’encore plus de laxisme en période de ramadan ! La préférence étrangère est et reste le principe de base de nos dirigeants. Espérons au moins que le racket organisé par l’Etat avec les nombreuses amendes infligées au français pour non-respect du confinement servira à aider les français victimes de l’effondrement économique à venir mais ne rêvons pas trop.
Venons-en aux conséquences économiques du confinement justement. Celles-ci s’annoncent désastreuses, en particulier pour les indépendants encore une fois en première ligne. Selon des estimations, 40% des restaurants français sont menacés de faillite.
La situation n’est pas meilleure pour les hôtels, les bars et les discothèques. Et que dire des TPE et des PME qui subissent de plein fouet la crise tout en voyant les factures s’accumuler, système français de spoliation fiscale oblige. Et ils n’auront pas la chance de bénéficier d’annulation de charges, à la différence de la dette africaine, au mieux des reports ce qui ne résout rien. Préférence étrangère encore. Et, derrière ces indépendants et ces entreprises à taille humaine, il y a de nombreux salariés qui risquent de finir au chômage. Beaucoup ne se rendent pas du tout compte du cataclysme à venir, notamment parmi ceux qui soutiennent le confinement sans réfléchir. La récession atteindra au moins 8% du PIB cette année, pendant que, selon des prévisions, l’économie allemande pourrait mettre 8 ans à se relever de la crise.
Mais cette espèce de suicide économique volontaire pourrait se justifier si le coronavirus était comparable à la peste noire du XIVème siècle qui décima près de la moitié de la population européenne. Or, une telle comparaison, parfois utilisée par les médias de propagande ou le gouvernement, est totalement ridicule. Jusqu’à maintenant, la France approche des 25 000 morts, soit à peine davantage que la canicule de 2003 (20 000 morts environ) et pas tellement plus que les 10 000 à 15 000 décès imputables chaque année à la grippe saisonnière. Et encore faut-il prendre en considération le fait que ces 25 000 décès constituent l’un des bilans les plus élevés de l’UE, il est 4 fois plus élevé que celui de l’Allemagne.
Loin d’être une sorte de résurgence des épidémies de peste, le coronavirus est avant tout… une grippe.
Une méchante grippe certes, mais une grippe quand même. Ce qui amène à la question suivante : est-il justifié de confiner tout son peuple, de ruiner les français sur le plan économique tout en les privant de leurs libertés fondamentales, pour combattre une grippe ? Poser la question, c’est y répondre.

Et les tests et les masques ?

D’autant que des solutions alternatives existaient pour protéger au mieux la population sans recourir à cet enfermement collectif. Si la France était dirigée par des hommes dignes de ce nom, elle aurait eu suffisamment de tests et de masques pour limiter la propagation du virus, dépister l’ensemble de la population et isoler seulement les personnes testées positives au virus. Telle est la solution appliquée par la Corée du Sud, ce qui lui a permis du juguler complètement l’épidémie. Et si le gouvernement était tellement préoccupé par notre santé, il aurait fermé les frontières dès l’apparition du virus, ce qu’il se refuse toujours à faire avec les pays membre de l’UE pour des raisons idéologiques navrantes. Garder ses frontières ouvertes avec l’Italie, pays le plus touché par l’épidémie, est d’une imbécilité totale. Inutile de nous faire croire ensuite que le confinement c’est pour notre bien, surtout lorsqu’on est incapable de produire une chose aussi simple que des masques…
Alors, si objectivement rien ne le justifie, pourquoi maintenir ce confinement ? Pourquoi enfermer une population saine pour combattre un virus aussi peu létal ? Comment comprendre une politique aussi aberrante de nos dirigeants ? Pour le savoir, il faut s’intéresser de plus près aux lobbies et à l’Etat profond. Le refus d’appliquer le traitement du professeur Raoult ne peut se comprendre que par son très faible coût (12 €) qui irrite fortement les laboratoires pharmaceutiques qui espéraient prendre un énorme chèque en produisant un traitement plus onéreux. Et lorsqu’on connaît les liens unissant le Conseil (soi-disant) scientifique, l’ex-Ministre de la Santé Agnès Buzyn et son mari Yves Lévy aux grands laboratoires pharmaceutiques, on comprend aisément pourquoi le gouvernement s’obstine à combattre le protocole Raoult.
A quoi serviront les millions de vaccins déjà promus par Bill Gates et ses amis si les français (et les autres) se rendent compte que les patients peuvent être soignés par une méthode simple et bon marché ? Pour une fois qu’un très grand scientifique français trouve un remède avant les autres, on préfère attendre un traitement alternatif et la création d’un vaccin financé par des milliardaires cosmopolites. Préférence étrangère, encore et toujours.

Réveillons nous !

Oui le confinement est une trahison du peuple français qui le mène à sa perte. Il est grand temps que les Français se réveillent et cela a déjà commencé. Grâce à Internet et aux médias alternatifs, des voix salvatrices contre le confinement se font entendre, parfois relayées par des personnalités célèbres comme Eric Zemmour. Il faut sortir de la lobotomie pro-confinement promue par les médias du système qui veulent nous faire croire à une seconde vague de l’épidémie, après nous avoir prophétisé pendant des semaines des millions de morts. Cessons d’avoir peur de l’avenir et d’une prétendue apocalypse à la sortie du confinement qui relève du pur fantasme. Réveillez-vous, réveillons-nous … avant qu’il ne soit trop tard !

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.