L’avortement et le mariage homosexuel déclarés anticonstitutionnels aux Honduras

dans TradiNews

Le Honduras vient de modifier sa constitution afin d’interdire définitivement le mariage homosexuel et l’avortement, quelles que soient les circonstances.


Alors que l’Argentine venait d’institutionnaliser la culture de mort en autorisant l’avortement le 30 décembre 2020, le Honduras a pour sa part choisi résolument la voie de la vie en gravant dans sa constitution l’interdiction absolue de l’IVG, dans quelque cas de figure que ce soit.
« La pratique de toute forme d’interruption de la vie de l’enfant à naître, dont il faut respecter la vie à tout moment, est considérée interdite et illégale, précise désormais l’article 67. Les dispositions légales qui seraient créées après l’entrée en vigueur du présent article et qui établiraient le contraire seront nulles et non avenues. »
L’IVG et le mariage homosexuel étaient déjà interdits par la loi mais le fait de les inscrire dans la constitution interdit tout retour en arrière et toute modification, au grand dam des féministes et des progressistes en tous genres toujours prêts à assassiner des bébés au nom des fameux “droits de l’homme”. Mario Pérez, député à l’origine du texte, entend ainsi endiguer la vague mortifère portée par l’idéologie gauchiste en Amérique du Sud.
Le texte devra être ratifié par au moins 86 parlementaires issus de la nouvelle législature issue des prochaines élections en novembre.
En attendant, au Honduras, on ne tue plus les bébés.
Deo gratias !