Leur novlangue prépare les esprits à leur “monde d’après”

dans Résister

Après la « bravitude » de Ségolène Royal, on entend de plus en plus de mots abscons utilisés par les politicards et les médias afin de désorienter la population. Cette caste qui prétend détenir le savoir et la vérité n’use en fait que d’un langage convenu et rigide, visant à dénaturer la réalité, comme cela a fort bien été démontré par Georges Orwell dans son roman « 1984 » écrit après la guerre d’Espagne, en 1949, pour dénoncer les dangers du totalitarisme.


Rédaction NSP
Pieter Kerstens

En provenance des Etats-Unis, des minorités intellectuelles nous avaient imposé le « politiquement correct », la pensée unique, la police de la pensée et ses inquisiteurs, le « soft power », les quotas, les « fake news », les discriminations positives et autres fadaises.

Aujourd’hui, place à l’empathie, à la résilience (terme propre à la physique), à l’anonymisation, au distanciel (néologisme), à la jauge (dispositif permettant de mesurer des liquides ou le tonnage d’un navire), sans oublier l’expression « çà vous parle » …les valeurs de la République ? Mais lesquelles ?

Mieux embrouiller pour mieux imposer

La gestion de la crise sanitaire et du chaos économique que nous vivons depuis 15 mois démontre à suffisance que les gouvernements européens ont été maîtres dans une politique globale de diffusion de la trouille et l’absence totale d’analyse et de raisonnement des populations concernées. A quelques rares exceptions, tous les citoyens d’Europe ont avalé les déclarations et engagements contradictoires au fil des mois, à propos de l’utilité des masques, de l’efficacité des tests, des mesures impératives d’isolement en « quarantaine », du manque d’appareils respiratoires et des capacités d’hospitalisation, ainsi que du décompte morbide des gens contagieux, en réanimation ou décédés, jour après jour.

Quant aux campagnes de vaccination avec des sérums aussi divers que multiples, les chefs d’Etat et de gouvernement nous avaient juré et promis que ce serait LA solution, pour en finir avec les assignations à résidence, les couvre-feux et les interdictions multiples.

Ils nous annoncent maintenant le retour à la liberté pour chacun d’aller et venir à sa guise, à condition d’être en possession d’un « pass-Covid », attestant votre vaccination, sorte de sésame pour aller au restaurant, au cinéma, prendre l’avion ou le bateau, assister à un match de rugby, visiter un musée ou prendre un pot au bar avec nos copains. Mais cette vaccination n’est pas obligatoire, comme celle contre la grippe. Et pour ceux qui ne le seront pas ? Une étoile jaune pour les identifier, comme aux « heures les plus sombres de notre Histoire » ?

Leur “monde d’après” sera le monde d’aujourd’hui, plus celui d’hier

Avec une notable différence quand même. Parce que pour votre Bien et votre Sécurité, tous les euro-mondialistes siégeant à Bruxelles vont nous imposer une surveillance et un contrôle permanent au moyen de caméras thermiques, de reconnaissance faciale, du suivi des téléphones portables et d’algorithmes dignes des régimes totalitaires. Cela a déjà été mis en œuvre en Asie, où les résultats permettent d’identifier les récalcitrants, les punir par des amendes et l’obligation d’avoir un « contrat social » à points (comme le permis de conduire) qui limitera partout leurs déplacements ou permettra leur liberté de circulation en fonction du solde.

Autant savoir où pourra nous mener leur « novlangue ».