Londres : la police de la dictature sanitaire évacue l’office de la Passion dans la paroisse polonaise du Christ-Roi

dans TradiNews

La police de Londres est intervenue hier soir dans la paroisse polonaise du Christ-Roi, (Parafia Chrystusa Króla) à Balham, pendant l’office de la Passion, entrant dans le chœur au moment de l’adoration de la Croix pour menacer les paroissiens d’amendes et même d’arrestation s’ils restaient dans l’église.


L’office a été brutalement interrompu et l’assistance a calmement quitté les lieux. La paroisse a publié un communiqué de protestation contre cette « profanation », annonçant par la même occasion que tous les offices du Samedi Saint et de Pâques seront maintenus.

 Au cours de l’intervention, le prêtre a fait part au fidèles de son incompréhension, car toutes les règles avaient été respectées.
 L’intervention policière s’est produite vers 18 heures (d’après la vidéo qui enregistrait la cérémonie dans son intégralité, voir ci-dessous), quelques minutes après le dévoilement de la Croix. Averti par un laïc, le célébrant, visiblement ébranlé, annonce (vers 1 h 01 minute dans la vidéo) qu’il y a un « problème ».
Deux policiers, un homme et une femme, arrivent alors par la nef et, sans manifester le moindre respect pour la cérémonie religieuse en cours, montent dans le chœur, se plantent devant l’autel. Un prêtre explique au micro que l’intervention a pour motif le supposé non respect des mesures anti-COVID : masques, distanciation sociale. Il dit :
 « Quelqu’un a téléphoné à la police. La police dit que nous enfreignons des règles. À vrai dire je ne comprends pas bien quelles règles puisque les places étaient avec des billets  [de réservation], que  nous portons des masques, qu’il y a du gel et que les distances sont respectées… Aussi je demande à la police de s’expliquer. »
Invité ainsi à s’expliquer, le policier s’exprime ensuite depuis l’ambon : « Mesdames et Messieurs, cette réunion est malheureusement légale… euh, illégale, au vu des règles coronavirus actuellement en vigueur. Vous n’avez pas le droit de vous réunir aussi nombreux à l’intérieur d’après la loi. A ce moment précis, vous devez rentrer chez vous. Le non respect de cette injonction de partir et de retourner à votre domicile pourrait aboutir à ce qu’une amende vous soit infligée à hauteur de 200 livres (235 euros), ou, si vous refuser de communiquer votre identité, à votre arrestation.
« Je suggère, Mesdames et Messieurs… bien que nous soyons le Vendredi Saint, et je comprends que vous souhaiteriez rendre le culte, cette réunion est illégale, alors veuillez quitter le bâtiment tout de suite. Merci. »
C’est alors que le prêtre explique la situation et invite les fidèles à obéir pour éviter les amendes à 200 livres, et ajoute : « Nous ferons la communion spirituelle. »
Pendant ce temps, les policiers restent dans le chœur – la policière sort son portable, et se promène devant l’autel et commence à téléphoner. Les enfants de chœur se rendent à la sacristie pour enlever leurs soutanelles, et reviennent faire une génuflexion devant la Croix avant de repartir dans le calme. Plusieurs fidèles s’approchent de la Croix pour faire de même.
Chers paroissiens !
Loué soit Jésus-Christ !
Le Vendredi Saint 02.04.2021, pendant l’office de la Passion du Seigneur, au moment de l’adoration de la Croix, vers 18 heures, la police s’est présentée à la porte de notre église. Nous n’avons pas été autorisés à achever la célébration. Les policiers, déclarant que notre assemblée liturgique était illégale, ont ordonné à tous de quitter immédiatement notre église sous la menace d’une amende de 200 £ pour chacun des paroissiens présents, voire d’une arrestation. Les fidèles ont obéi à cet ordre sans résister.
Nous pensons cependant que la police a brutalement outrepassé ses pouvoirs en émettant son ordre sans raison valable, puisque toutes les exigences gouvernementales avaient été respectées.
Nous pensons que les responsables de la police de l’arrondissement ont été mal informés concernant les directives actuelles pour les lieux de culte, puisqu’ils ont affirmé que la raison de leur intervention est l’interdiction toujours en vigueur des célébrations publiques dans les lieux de culte à Londres, en raison du confinement mis en place à partir du 4 janvier 2021.
Nous regrettons que les droits des fidèles aient été lésés en ce jour si important pour chaque croyant, et que notre office ait été profané. Nous avons informé les supérieurs de la Mission catholique polonaise en Angleterre et au Pays de Galles de cet incident. Nous avons demandé aux autorités de police de s’expliquer quant à cet incident et nous attendons leur réponse.
Toute personne présente à la liturgie peut également envoyer ses plaintes directement via le lien ci-dessous :
Les dernières orientations du gouvernement datées du 26 mars 2021 et les orientations de la Conférence des évêques d’Angleterre et du Pays de Galles sur le déroulement de la Semaine Sainte autorisent sans équivoque – dans le respect de toutes les règles sanitaires – les célébrations dans les lieux de culte en présence de fidèles.
Tous les offices prévus pour la Consécration de la nourriture de Pâques, la Veillée pascale, le Dimanche de Pâques et le Lundi de Pâques auront lieu comme annoncé.
Nous demandons à chacun de respecter les exigences sanitaires actuelles dans l’église et dans les espaces communautaires, et de prier pour que des situations semblables ne se reproduisent plus.
Veuillez trouver dans les fichiers joints toutes les directives des autorités étatiques et ecclésiastiques.

La dictature COVID avance… C’est maintenant qu’il faut réagir !

Source : Le blog de Jeanne Smits

Derniers articles TradiNews

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.