M. Macron, non au vaccin : mon corps, mon choix

dans Editos/NSP Express

Vous nous le répétez assez souvent, M. Macron, en nous prônant l’euthanasie et l’avortement : mon corps, mon choix. Eh bien, figurez-vous que nous sommes d’accord, pour une fois, en ce qui concerne votre vaccin : mon corps, mon choix, en effet car mon corps appartient à Dieu et non à Big Pharma.


Rédaction NSP

M. Macron, vous venez d’instaurer officiellement la dictature sanitaire dans notre beau pays de France, bafouant tous vos splendides discours sur la démocratie gnagnagna et reniant tous vos propos précédents. Vous étiez déjà un fieffé menteur, il ne vous restait plus qu’à devenir un fieffé dictateur. Voilà qui est fait.

Vous qui hurlez à l’horreur du séparatisme, vous venez officiellement de séparer les Français, entre ceux qui se soumettent et ceux qui veulent rester libres. Craignez, M. Macron, que ces derniers soient fort nombreux et particulièrement combattifs.

Vous voulez empêcher les Français d’aller dans les bars et les restaurants. Qu’à cela ne tienne, ils feront des banquets de Gaulois entre eux. Vous voulez priver les Français de centres commerciaux. Ne savez-vous pas, M. Macron, qu’on peut se ravitailler ailleurs ? Des fermes, des potagers de campagne et autres circuits parallèles. Pensez-vous réellement, M. Macron, que les Français se feront injecter votre vaccin apatride juste pour acheter leur PQ à Auchan. Vous voulez que les Français ne voyagent plus, ni en avion, ni en train, ni en bus. Tant mieux, les Français se recentreront sur leur mère-patrie, la France. Pire encore, vous souhaitez interdire l’accès aux hôpitaux aux Français. Ne savez-vous pas, M. Macron, qu’il existe un serment d’Hippocrate et une obligation de soins ? Vous, le farfadet de l’Elysée, vous  qui n’avez aucune humanité, vous n’avez jamais été gêné de laisser crever nos vieillards, isolés et esseulés, dans des mouroirs organisés. Alors, de votre part, plus rien ne nous étonne.

Vous nous annoncez la pénurie. Qu’importe, nous le savions déjà. Elle est inscrite dans le programme du Big Reset.

Cessez donc de sous-estimer les Français, M. Macron. vous ignorez leur capacité de résistance. La foule abêtie peut bien aller se faire piquer. Qu’elle y aille. Il restera toujours un camp des saints. Et il n’est pas sûr qu’il finisse aussi mal que dans l’ouvrage de notre cher Jean Raspail, car, voyez-vous M. Macron, il arrive que les peuples se débarrasse des dictateurs.

Français, nous sommes avec vous. Debouts et toujours présents. Pas de vaccin : mon corps, mon choix.

Derniers articles Editos

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Par chèque.
Les Amis de Nous Sommes Partout
42 rue Jean-Jaurès
62100 Calais

Nous comptons sur vous.