Premier mai : saint Jacques et saint Philippe

dans TradiNews

Sanctorum, édition originale du XIXème siècle : Jacques le Mineur, fils de Cléophas et de Marie, soeur de la sainte Vierge, était cousin germain de Jésus-Christ, son frère dans le langage juif.


Il mérita le surnom de “Juste” pour sa vertu et ses austérités. Il ne buvait que de l’eau, excepté pour célébrer les saints mystères ; il ne mangeait jamais de viande ; il se privait de l’usage des parfums et des bains, très répandu en Orient ; il portait les cheveux longs et incultes ; ses prières continuelles lui avaient causé des callosités aux genoux. Jésus-Christ ressuscité lui apparut en particulier. Après l’Ascension, il fut créé évêque de Jérusalem ; il gouverna cette Eglise pendant vingt-neuf ans. Il avait une grande influence sur les juifs convertis au christianisme. Il en profita pour leur adresser une épître, destinée à leur inculquer le véritable esprit chrétien. Il les conjure de mettre leurs actions d’accord avec leur croyance. “Mes frères, à quoi vous servira de dire “J’ai la foi”, si vous n’en accomplissez les oeuvres ? Que pourrait une telle foi pour le salut ?”

Les Pharisiens, alarmés des nombreuses conversions que l’apôtre opérait, lui demandèrent, pour le tenter, de monter , le jour de Pâques, au temple, et de dire publiquement ce qu’il pensait de Jésus de Nazareth, car ils ne pouvaient croire qu’il osât le proclamer le Messie et le Christ. Saisissant cette occasion de glorifier Dieu, saint Jacques vint au portique du temple, et de là, parlant à la foule, s’écria : “Je déclare que Jésus, qui a été crucifié, est assis à la droite de Dieu son Père, et qu’il viendra juger les vivants et les morts.” Les scribes et les Pharisiens, transportés de fureur, se jetèrent sur lui et le précipitèrent du haut du portique. Comme il respirait encore, un foulon acheva de le tuer d’un coup de levier, l’an 62 av J.-C.

PHILIPPE, né à Bethsaïde, était très versé dans l’étude des Ecritures : ce qui lui ouvrit les yeux à la lumière de l’Evangile, lorsque Notre-Seigneur l’appela à sa suite. Apôtre convaincu, il commença sa mission : ayant rencontré Nathanaël, il lui dit : ” Celui qu’ont annoncé les Prophètes, nous l’avons trouvé.” ; et il l’amena à Jésus. Philippe évangélisa la Scythie. puis il entreprit de porter le flambeau du christianisme dans la Phrygie ; mais il fut arrêté à Hiéraple, fouetté cruellement, mis en croix comme son divin maître, et assommé à coups de pierres.