Revenu universel et remplacement de population

dans Résister

 

Selon les thuriféraires du revenu universel, les temps seraient proches de la dissociation définitive des notions de travail et de revenu et le fameux précepte tiré de la Genèse, intimant à l’homme de gagner son pain à la sueur de son front, serait à remiser prochainement au rayon des vieilleries obsolètes. Au flou de la notion de revenu universel recouvrant autant de réalités que de courants de pensée correspond une kyrielle de dénominations : revenu de base, allocation universelle, revenu inconditionnel, revenu d’existence, revenu de citoyenneté, salaire à vie, salaire universel… cette liste ne prétendant même pas à l’exhaustivité. À cette imprécision de dénomination correspondent autant de théories, de motivations et de déclinaisons que de partisans. Conceptions fumeuses, finalités diverses sinon contradictoires et projets de financement parfois aux limites du psychédélique brouillent un débat prétendument sérieux pour un projet jugé farfelu par le plus grand nombre.

Rédaction NSP
Maxime Verneuil

De quoi s’agit-il ? Dans l’idée des concepteurs du revenu universel, un pécule serait versé mensuellement à tous les membres d’une communauté, française en l’occurrence, de façon indifférenciée, sans aucune condition d’aucune sorte, ni obligation de travail, du SDF au milliardaire et cela de la naissance à la mort. La paternité de l’idée elle-même, évoquée par Thomas More dans son roman au titre révélateur, L’Utopie, remonte au 16ème siècle et peut s’enorgueillir d’avoir régulièrement séduit des personnalités aussi dissemblables que possible.

Du britannique Thomas Paine, militant en 1797 pour un revenu minimum général, alimenté par les propriétaires terriens au philosophe Michel Foucault le préconisant pour libérer les individus du contrôle de l’État, en passant par Napoléon et Martin Luther King, le revenu universel enthousiasme aujourd’hui deux très larges courants que tout semble, en apparence tout au moins, opposer. La gauche, l’extrême-gauche et sa cohorte hallucinée, au rang desquels les fameux altermondialistes, d’une part, et certains tenants du capitalisme libéral, d’autre part cheminent parallèlement à la recherche du meilleur des mondes, d’un monde dans lequel il serait loisible de vivre sans jamais travailler.

Sans pour autant évoquer une ténébreuse alliance comme celle qui permit l’émergence, la conquête et l’installation du communisme, plusieurs décennies durant sur une grande partie de la planète, force est de constater une bien curieuse convergence placée sous les auspices d’un Marx prédisant une humanité sortant du salariat comme d’un Milton Friedman, fondateur de l’école de Chicago et véritable référence du libéralisme économique débridé.

L’ultime transgression de la nature humaine revendiquée par les défenseurs du concept, prétend instaurer une forme d’assistanat légal dispensant ceux qui le souhaitent de se battre et de se mesurer dans le monde du travail.

Les chantres de la fin du salariat y voient une mesure favorisant tout à la fois l’émancipation des individus, la lutte contre la pauvreté, une adaptation aux nouvelles formes d’emploi indépendantes de type Uber et surtout un libre-choix pour le citoyen de travailler ou non. Mais ce fantasme, partagé par tous les fainéants congénitaux du monde, nec plus ultra de l’idéologie égalitaire, en apparence tout au moins, cumule les contradictions les plus affligeantes par les principes mêmes qui le fondent.

Prétendre œuvrer à l’égalité de tous en attribuant un pécule de 5 à 800 euros – c’est la fourchette la plus largement partagée par les divers courants -, à celui qui émarge à plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois comme à celui dont ce sera l’unique ressource et au jeune de 18 ans comme au retraité relève manifestement d’une sottise affligeante. L’idéologie, l’utopie, donc l’erreur, devraient quand même respecter certaines limites ! À ce niveau de niaiserie, sa taxation suffirait pour le coup à financer la ruineuse rêverie.

Une population active surnuméraire

L’idée généreuse du grand partage de richesses produites par des effectifs en décroissance permanente sous les effets conjugués des délocalisations, de la robotisation et de la digitalisation de l’économie et qui permettrait d’assurer un revenu de survie aux millions de laissés pour compte a certes de quoi séduire les plus insouciants mais aussi de terrifier les plus lucides.

La vieille chimère du salaire à vie, sans fournir pour autant le moindre travail en contrepartie, trouve aujourd’hui ses défenseurs les plus ardents dans les « think tanks » de gauche mais aussi parmi les tenants libéraux du grand détricotage généralisé du monde du travail, du code éponyme, de la protection sociale et de du salariat. Ainsi, par exemple, la Fondation Jean-Jaurès, sous l’égide de laquelle François Hollande avait prononcé son discours d’entrée en campagne électorale, le jour de la commémoration des quatre-vingt ans du Front populaire de Léon Blum, préconise-t-elle rien moins que la suppression de la retraite et de l’assurance santé au bénéfice d’un revenu unique de 1 200 euros mensuels à partir de 65 ans, avec lequel, il faudrait donc à la fois vivre et se soigner.
Défi évidemment impossible lorsque l’on connait le coût des consultations, de l’imagerie, des examens médicaux et des médicaments. Son directeur depuis l’année 2000, Gilles Filchestein, membre du club Le Siècle, fut proche collaborateur de Dominique Strauss-Kahn – dont on connait, par son ouvrage « L’avenir de la vie », le sort qu’il réserve aux plus de 60 ans – et de Pierre Moscovici, est aussi co-auteur, avec Matthieu Pigasse, l’un des propriétaires du quotidien Le Monde (Voir rubrique Voix de son maître, ndlr.), de l’ouvrage glaçant, paru en 2009, « Le monde d’après, une crise sans précédent ». Le chômage de masse et l’oisiveté prévisible d’une large partie de la population active rendue surnuméraire par les technologies nouvelles relèvent hélas d’une prospective réaliste qui rend d’autant plus criminelle l’actuelle politique migratoire.

Un dispositif ruineux

Le financement d’un revenu universel serait évidemment à la hauteur de l’utopie dont certains partisans envisagent froidement la ruine des classes moyennes et la confiscation d’une bonne part des patrimoines.

Le ministre et candidat socialiste à la présidence de la république, Benoit Hamon, par exemple, évoque un revenu inconditionnel de 750 euros mensuels pour tous les citoyens majeurs. Sa proposition coûterait, au bas mot, plus de 300 milliards d’euros à ponctionner essentiellement, selon lui, sur les patrimoines et par l’impôt sur le revenu. Voici qui présente au moins le mérite de la clarté.

Selon le magazine « Alternatives économiques », un revenu universel de 500 euros versé à chaque Français, augmenterait le taux de prélèvements obligatoires de 12,4%, soit de 44,7% du PIB (en 2015) à 57,1%. Il faudrait en conséquence augmenter, précise le magazine, les recettes fiscales, tous impôts confondus, de 45%.

Cette hypothèse basse de 500 euros mensuels, sorte de pauvreté pour tous institutionnalisée, aurait donc définitivement raison des classes moyennes et des patrimoines. La misère de France et d’ailleurs pourrait ainsi vivoter au détriment des classes moyennes et de leurs économies. Les plus courageux d’entre les bénéficiaires de cette allocation passeraient leur vie à la recherche des petits boulots, d’emplois saisonniers, des missions d’intérim, de vacations, afin d’améliorer un peu ce revenu de subsistance. Les quelques centaines d’euros versés chaque mois ne constitueraient, dans cette optique, qu’une sorte de compensation très partielle des méfaits du capitalisme sauvage.

À titre d’autre exemple et pour conforter ces chiffres sidérants, la Finlande, a décidé d’expérimenter cette billevesée, de 2017 à 2019, avec l’attribution d’une allocation universelle de 550 euros par mois qu’elle envisage de financer par une taxation de 42% des salaires supérieurs à 550 euros. Aux Pays-Bas, une trentaine de communes plus ou moins dominées par les écologistes prétend effectuer un test, sans plus de précisions mais les seules véritables tentatives d’instauration du revenu inconditionnel se limitent, pour le moment, à … la Namibie et l’Alaska, les timides expériences menées au Canada et au Brésil étant trop incomplètes pour en tirer la moindre conclusion positive.

Un avenir professionnel sous le signe de la précarité

Le discours sur le revenu inconditionnel ou universel officialise sans doute l’aveu d’échec des politiciens de tous bords et de leurs prétendues politiques de l’emploi auxquelles plus personne n’accorde le moindre crédit. Les litanies et incantations psalmodiées depuis des décennies en faveur d’une politique de l’emploi, des jeunes, des seniors et du reste ne parviennent plus guère à duper le citoyen électeur.

Pas plus que les dérisoires guerres, toujours perdues, menées sur un insaisissable front de l’emploi. Quant aux tripatouillages statistiques du Pôle Emploi, de l’INSEE et consorts, ils risquent de s’avérer bien insuffisants pour camoufler la réalité d’un monde du travail menacé par la déferlante de la digitalisation et la robotisation, d’une part, et l’ « ubérisation » de l’économie, d’autre part. La raréfaction du salariat et la multiplication actuelle et prévisible des contrats courts, de l’intérim, des plateformes de mises en contact direct (Uber, BlaBlaCar, etc.), oblige évidemment à repenser les modes de solidarité redistributifs et par conséquent l’ensemble de la protection sociale.

Même le très officiel Conseil National du Numérique (CNN), dans son rapport remis en janvier à la ministre du travail Myriam El Khomri, établit un lien incontestable entre digitalisation de l’économie, chômage de masse et « nécessité de renouvellement de nos modèles de solidarité et de redistribution » et préconise clairement un salaire universel.
Discours parfaitement cohérent avec ceux des libéraux, défenseurs du capitalisme international sans entrave et sans respect des hommes dont l’idéologie libre-échangiste, l’immigrationnisme et la conception uniquement financière de l’activité économique ont amené les économies nationales au bord du précipice.
Ennemis jurés du contrat à durée indéterminé et apôtres de la fin du salariat et de son système de protection sociale, ils ne rêvent, sous les avenants concepts de flexibilité, flexi-sécurité, refonte du modèle social, simplification du droit du travail et autres, que d’en finir avec un salariat, certes en voie de paupérisation, mais encore beaucoup trop dispendieux à leur goût.

Un financement sur mesure pour le remplacement de population

Qui pourrait un instant croire que la concomitance de l’âpre débat sur le revenu universel, vieille lune enfouie depuis longtemps, avec la crise des « migrants », doive tout au hasard ? Est-ce aussi un hasard si, en janvier 2013, soit moins de deux ans avant les arrivages aussi massifs que suspects de « migrants », la Commission européenne a donné son autorisation à l’Initiative citoyenne européenne (ICE) pour une collecte de signature dans quatorze nations européennes afin de pouvoir étudier l’hypothèse d’un revenu de base européen ?
Ce dessein généreux en apparence, sur le dos des classes moyennes et des possédants, s’inscrit à l’évidence dans la perspective mondialiste de brassage, de métissage des populations européennes et d’accueil de millions d’allogènes en remplacement des Français de souche. Assurer un revenu de subsistance à toute personne présente sur le sol national, sans passer par les guichets multiples et abscons de l’aide sociale, constitue à l’évidence le levier essentiel du remplacement de population.
Aucun des concepteurs et défenseurs du revenu universel ne peut ignorer l’aggravation sans précédent de la déferlante migratoire qu’un tel dispositif provoquerait. Il s’agit bien en conséquence d’une volonté délibérée de submersion migratoire en vue d’un remplacement de population à faire financer par les autochtones sommés de se saborder et de s’effacer dans les meilleurs délais. Considération à rapprocher, dans un tout autre registre mais à l’évidence complémentaire, des mesures de libéralisation de l’avortement et, plus récemment, de la pénalisation de sa contestation.

À rapprocher aussi du débat, pour l’instant mis en sourdine dans le verbe mais non dans les faits, sur l’euthanasie. Nous pouvons concevoir que ces quelques corrélations rapidement proposées puissent passer pour complotistes si n’existaient, à la portée de tous, grâce à Internet notamment, des dizaines, centaines et même milliers d’informations et de citations les confortant.

Éliminer de plus en plus d’autochtones, importer le plus grand possible d’immigrés et maintenant envisager froidement le financement des remplaçants par les remplacés, le tout sur un renforcement répressif interdisant toute légitime défense et jusqu’à la simple dénonciation de l’engrenage, voici la situation et la boucle semble bouclée.

Présentée ainsi, la situation apparait claire, non ?

En regard de ces enjeux de survie, il devient de plus en plus difficile d’accorder la moindre attention et le moindre intérêt aux discours mièvres des candidats en lice pour la magistrature suprême ?

 

 

 

Derniers articles Résister

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.