Un index de la diversité pour les entreprises

dans Zones occupées

Les gouvernements successifs semblent ne jamais devoir manquer d’imagination dès lors qu’il s’agit de conforter l’implantation de l’immigration pléthorique que nous subissons bien malgré nous.


Rédaction NSP
Arnaud Raffard de Brienne

Rien que dans le monde de l’entreprise, après la Charte de la diversité, la traque obsessionnelle des discriminations véritables ou supposées, la dénonciation de toute préférence nationale, même ténue, dans les recrutements et déroulements de carrières, les opérations éthiquement discutables de testing sournoisement menées, voici l’annonce d’un index de la diversité en entreprise.
Élisabeth Moreno, ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances (ouf !), Cap-Verdienne d’origine – tout un symbole dans un contexte d’accusation permanente de l’homme blanc et de son passé colonial – promet donc cet outil d’analyse aux entreprises souhaitant, nous affirme-t-on, rendre leurs recrutements plus inclusifs. Entendre, accordant une meilleure part à la « diversité ».
Elle succède, à la tête de ce ministère, à Marlène Schiappa, pasionaria de l’égalité femmes-hommes et visiblement très tourmentée par la sexualité et ses dérives.

Imposer l’immigration partout

Cette démarche de recensement du niveau de diversité dans les entreprises précède le lancement prochain d’une consultation citoyenne sur les discriminations et coïncide étrangement avec la politique de dispersion des demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire et jusqu’aux communes les plus préservées à ce jour. Il s’agit à l’évidence, mais en vain, de dissimuler autant que possible les flux migratoires autant que d’assurer de façon géographiquement plus égalitaire le remplacement de population. Voici bien longtemps qu’a disparue la pleine liberté de recruter qui bon leur semble pour les entreprises mais il semble que nous assistons à une accélération. Les entreprises donc devoir, sur la base d’un relatif volontariat dans un premier temps, embaucher de plus en plus de candidats issus de l’immigration, dans un contexte de raréfaction de l’emploi, ce qui ne pourra se faire logiquement qu’au détriment des candidats autochtones.

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page

Le magazine Nous Sommes Partout a besoin de votre soutien afin de poursuivre son développement, de financer son hébergement, ses sources de documentation et explorer de nouvelles pistes de diffusion.

Vous pouvez nous faire un don en ligne.
ou
Adhérer à l'association des Amis de NSP.

Soutien par virement.
Les Amis de Nous Sommes Partout
IBAN : FR76 1350 7001 6231 1213 906
BIC : CCBPFRPPLIL

Nous comptons sur vous.