Un site d’apostolat jésuite déplore l’annulation de la Gay Pride

dans TradiNews

 Le monde ne tourne décidément pas rond. Alors que les clercs devraient se soucier des âmes qui se perdent tout autour d’eux du fait de la pétaudière salace qu’est devenu notre monde, certains prêtres modernistes semblent avoir d’autres priorités ! En témoigne une récente tribune publiée sur le site d’apostolat argentin de l’ordre jésuite et que nous vous livrons dans une version traduite par nos soins.


Rédaction NSP
Jean-Louis Dutertre

« Un jour, il n’y aura plus besoin de fierté !
Cette année, il n’y aura pas de chars, pas de défilés, pas de foule… Il y a ceux qui vont manquer ça, et ceux qui vont plutôt pousser un soupir de soulagement. Dans le monde LGTBQ également, certains regretteront l’absence de cette explosion d’exposition et de visibilité, et d’autres, à l’opposé, seront heureux que d’autres voies doivent être recherchées pour séparer la revendication de la dignité des homosexuels des défilés avec tout leur mélange d’exposition, de visibilité, de montage commercial, de frivolité et de défiance. Un jour, il n’y aura plus besoin de la Gay Pride ni d’aucune autre fierté. Le jour où chacun reconnaîtra la dignité des personnes, de chaque personne, sans que l’orientation sexuelle ne soit quelque chose qui l’ébranle ou la remette en cause pour certaines mentalités. Le jour où lorsque quelqu’un sortira du placard, ce ne sera  pas une nouvelle, car ce sera la pure normalité. Le jour où le mépris, le rejet ou la persécution qui, dans un lointain 1969, a conduit un groupe d’homosexuels à tenir tête à la police qui faisait une descente au Stonewall Club parce que le simple fait d’être homosexuel en public était un scandale, sera de l’histoire ancienne. Et le jour où, également en tant qu’Église, nous aurons avancé vers une plus grande et meilleure intégration, acceptation et prise en compte de la réalité des personnes homosexuelles, de leur besoin et de leur droit à l’amour, et dépassé les doses d’incompréhension qui existent encore chez certaines personnes de l’Église envers la réalité des personnes LGTBQ.
Mais ce jour n’est pas encore venu. Il y a encore beaucoup d’homosexuels qui vivent dans la tourmente parce qu’ils se sentent jugés. Beaucoup d’adolescents cherchent leur place mais entendent des moqueries et des commentaires désobligeants, parfois dans un environnement familier et parmi leurs proches – qui ne peuvent même pas imaginer que “cela” puisse arriver chez l’un des leurs. Il existe encore de nombreuses mentalités pour lesquelles “avoir un fils gay” est une tragédie, une honte, quelque chose à cacher, et c’est pourquoi le fils, la fille, n’a pas d’autre voie à suivre que de retrouver sa fierté sans se laisser annuler. Et pourtant, dans l’Église, il y a trop de silence face à certaines déclarations et formulations qui ne répondent pas à la réalité pastorale de nos communautés, paroisses, groupes et espaces d’accompagnement. Il y a trop de gens qui réduisent l’orientation sexuelle à une idéologie de genre, et qui transforment cette identification en alibi pour ne pas écouter les témoignages de tant de chrétiens homosexuels qui ne demandent qu’à se sentir un peu plus chez eux quand il s’agit d’être une communauté. Trop de calomnies et trop peu de bénédictions.
Chaque personne doit être fière d’être telle que Dieu l’a créée. Parce qu’en fin de compte, l’homosexualité ou l’hétérosexualité n’est pas une décision fantaisiste des gens. Elle fait partie (et seulement une partie) de l’identité d’une personne. »
José María Rodríguez Olaizola, sj

En rupture sirituelle …

Ces déclarations et ces  propos semblent pour le moins contradictoires avec le magistère constant de l’Eglise catholique sur la question. Voici quelques déclarations d’autorités spirituelles de la religion catholique qui peuvent nous apporter quelques lumières sur cette question : « Y a-t-il, en effet, quelque chose de plus impudent,infâme et honteux que les Sodomites eux-mêmesaux yeux de Dieu et des hommes; ainsi les lois les nomment infâmes. » Saint Pie V   Horrendum illud scelus,  1568
« Les passions qui conduisent aux actes homosexuels ne sont pas seulement des péchés, c’est-à-dire des actes volontaires et délibérés contredisant la loi divine, mais des caractéristiques qui n’appartiennent pas à la nature humaine et par conséquent excluent de toute communauté ecclésiale. » (De pudicitia, Chapitre IV, 5), Tertullien
« La sodomie est un acte infâme qui fait souffrir l’âme plus que le corps, qui fait sortir l’homme de sa nature humaine et le place, dans la hiérarchie des êtres, en dessous des animaux sans intelligences (les brutes). C’est une promesse d’enfer à l’image de celui suscité par la punition de Sodome et de Gomorrhe. Son origine est la recherche du plaisir et l’oubli de la crainte de Dieu. »  (Homélie LVIII sur saint Matthieu, al. 57), Saint Jean Chrysostome.
« Que Dieu ait puni Sodome par une pluie de feu, montre à quel point les actes homosexuels tombent sous le jugement condamnatoire de Dieu. Ces actes violent la nature humaine créée par Dieu et rompent l’alliance entre Lui et l’humanité. Ce sont des actes condamnables en eux-mêmes, quand bien même ils seraient pratiqués universellement. » (La Cité de Dieu, Livre XVI, Chapitre 30). Saint Augustin
« Cet effroyable crime [de sodomie] à cause duquel des villes souillées et avilies furent brûlées par le redoutable jugement de Dieu nous marque de la douleur la plus cruelle et remue si lourdement Notre âme,  que nous consacrons toute notre attention, autant qu’il est possible, à l’arrêter. [Ce crime] est contre nature, à cause de laquelle la colère de Dieu vient sur les fils de la défiance.» Constitution Horrendum illud scelus, du pape Saint Pie V.
C’est un domaine dans lequel l’ « herméneutique de la continuité » aura du mal à passer !


Sources: https://lebloglaquestion.wordpress.com/2013/04/16/lhomosexualite-est-un-vice-coupable-et-un-crime-moral/).

 

 

 

Derniers articles TradiNews

Haut De Page