Ungern le dieu de la guerre

dans Arts & Lettres & Chansons

Les Editions  Lohengrin viennent de republier l’ouvrage de Jean Mabire Ungern Dieu de la Guerre comportant des illustrations de Jacques Terpant. L’occasion d’aller à la rencontre d’Eva Bourgeois, directrice d’une jeune maison très prometteuse.


Rédaction NSP
Par Clotaire de La Rue

Comment sont nées les éditions Lohengrin et pourquoi ce clin d’œil à Wagner ?
Eva Bourgeois :
Nous souhaitions remettre au goût du jour un certain nombre d’œuvres aujourd’hui difficiles à se procurer. Certains de ces livres n’ayant pas été édités depuis des années, comme  Ungern le Dieu de la guerre, d’autres n’ayant pas été traduits en français, ou seulement partiellement, comme c’était le cas pour le  Petit Livre Noir .
Notre objectif était de pouvoir mettre ces ouvrages à disposition du public francophone. Nous étions également séduits par l’idée de produire des livres illustrés, permettant d’associer des auteurs classiques et des illustrateurs contemporains.
Le nom Lohengrin s’est imposé de lui même, étant personnellement une grande passionnée de l’oeuvre de Wagner.

Vous souhaitez promouvoir des auteurs oubliés et enracinés. Qu’est ce pour vous un auteur enraciné ?
Les auteurs enracinés sont à la fois les grands classiques de la littérature, de la philosophie et de la poésie européenne, d’ Homère à Jean Mabire et de Platon à Nietzche, ceux qui constituent à proprement parler les racines à partir desquelles nous nous constituons une pensée et un imaginaire. Mais ce sont aussi des auteurs contemporains qui placent leur plume dans les pas de ces grands prédécesseurs, ceux qui continuent de faire vivre et croître la pensée traditionnelle, par des essais ou des romans.

 Le 20 novembre vous allez diffuser Ungern, le Dieu de la guerre de Jean Mabire, illustré par Jacques Terpant. Comment est né ce projet qui a visiblement  suscité un grand enthousiasme au regard du nombre des pré-commandes notamment sur Facebook ?
Le Dieu de la guerre était l’un de nos ouvrages favoris, depuis notre adolescence. Nous voulions associer la plume de Jacques Terpant, avec qui nous avions déjà collaboré dans le cadre de Traits portrait  à l’oeuvre de Jean Mabire. Les dessins de Terpant sur le thème de la steppe, que l’on peut retrouver dans ses adaptions des romans de Jean Raspail, nous semblaient correspondre avec l’univers du Baron. Nous espérons que ce nouvel apport permettra de donner une nouvelle vie au texte de Jean Mabire.
Quels sont vos projets éditoriaux à venir ?
Il y a de nombreux livres qui ont retenu notre attention pour l’avenir. Nous aimerions continuer sur notre lancée avec une série de romans illustrés. Plusieurs ouvrages sont pour l’instant en projet, nous tiendrons bien évidemment nos lecteurs informés de nos futures sorties.
Quel est l’ouvrage que vous rêveriez de republier ?
Un ouvrage de HP Lovecraft, en version illustrée !


Commander l’ouvrage (25 euros) sur le site de l’éditeur.